Défense de la langue française   
Les faux frères

Au péage, il faut payer...

C'est en 1922 que la première autostrada vit le jour en Italie, avant de se multiplier rapidement dès 1925 sous le régime mussolinien et, plus massivement encore – sous le nom d’Autobahn (gratuite) –, dans l’Allemagne nazie.

En France, il faudra attendre le début des années 1960 pour voir s’ouvrir le premier tronçon de l’autoroute Estérel-Côte d’Azur, destinée à soulager la chantante mais encombrée Nationale 7. Las ! faute d’argent, cette autoroute – comme la plupart des suivantes (sauf bretonnes, selon la volonté du général de Gaulle de désenclaver cette région)... – sera provisoirement payante. Un provisoire aux allures définitives comme l’on sait ! Bon gré mal gré, les vacanciers durent donc payer un droit de péage, ce qui n’a rien d’un pléonasme, les deux mots, tout deux d’origine romaine certes, n’ayant sinon guère en commun.
Payer, comme nul latiniste ne l’ignore, vient en effet de pacare, luimême issu de pax, signifiant « faire la paix, apaiser, pacifier ». Toute réconciliation supposant bien sûr, au préalable, le paiement de ses dettes...
Quant au péage, dérivé ancien de pied, il possède quasiment le même sens que passage et signifie le « droit de mettre le pied » en un endroit quelconque : pont, route, ville... Rien de nouveau sous le soleil, ce droit s’est très vite accompagné d’une taxe ou droit de péage.
Et, par métonymie, taxe et péage se sont confondus. Mais peut-être, un jour, reverra-t-on des péages gratuits, plus étymologiquement conformes... mais beaucoup moins rentables ! Jean-Marie Dehan

Franciser le franglais...

Tout le monde, ou presque, sait que c’est à Étiemble que l’on doit ce magnifique mot-valise, franglais, qu’on peut aisément dater de 1964 avec la parution de son célèbre Parlez-vous franglais ? En réalité, le phénomène – l’invasion de l’anglais – n’est pas nouveau, mais n’a fait que croître et embellir dès après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1950-60.

Plus que vers la mode peut-être, il faut se tourner vers la phonétique pour expliquer ce phénomène. Si étrange que cela puisse paraître, le « moindre effort », disons « l’inertie », s’impose aussi à la prononciation. C’est ce que les linguistes (phonéticiens) appellent l’ « économie linguistique ».

Par exemple, les collisions aériennes ou écrasements d’avions ont abouti à l’emprunt du mot anglais crash, qui ne signifie rien d’autre que « s’écraser ou écrasement ». La similitude phonétique avec la 3e personne du présent de l’indicatif du verbe cracher s’impose au point que, dans la presse écrite, on trouve... « s’est craché », et même « crache » comme substantif.
Écraser compte trois syllabes, écrasement quatre ; crash /crache, une seule ; le calcul est vite fait : l’anglais est plus « attractif ».
De nos jours, tout, ou presque, est devenu « attractif ». Bien que le mot soit dans le Trésor de la langue française, mon ancien et vénérable maître, professeur de version anglaise, avait raison, qui nous avait mis en garde : « Évitez tout ce qui ressemble à un emprunt, préférez-lui un bon vieux synonyme ! »

Au vu du nombre de syllabes, il serait donc bien difficile de faire adopter téléphone intelligent en lieu et place de smartphone, logiciel malveillant pour malware, etc. La nature plutôt mono- ou dissyllabique de l’anglais exerce un certain attrait, voire fascine les Gaulois que nous sommes. L’anglomanie phonétique – sans parler même de sémantique – s’insinue partout.

Que faire ?

smartphone eût-il été inventé en francophonie, il aurait un nom français : carte à puce, par exemple, s’est imposé.
Et créer, inventer des mots français, cesser de singer l’anglais ; le français a sa logique, sa propre beauté, son propre rythme, ses allitérations et ses assonances : les versions francisées de mots et slogans anglais sonnent creux, et ne séduisent pas l’oreille ni la langue. Faute de quoi, le franglais continuera à s’imposer, personne ne préférera la copie à l’original.
Joseph de Miribel
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •