Défense de la langue française   
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris • 01 42 65 08 87 • dlf.paris@club-internet.fr •
EDP : sémantique

Au grand dam des courageux marcheurs des villes, le « piéton augmenté » urbain – un pas dans le transhumanisme ? – se déplace aujourd’hui en EDP, ou « engin de déplacement personnel motorisé ». Vous trouverez ces engins électriques (par opposition aux engins à propulsion musculaire tels que rollers* ou skates**) protéiformes, et supposés unipersonnels, le plus souvent là où ils n’ont pas le droit d’être ou vous frôlant à des vitesses interdites. Ils ont pour nom :

TROTTINETTE ÉLECTRIQUE, dont on sait maintenant qu’elle est la transformation en objet dangereux, voire mortel, de la patinette1 de notre enfance.

HOVERBOARD ou GYROSKATE, sorte de planche à roulettes, avec une zone d’appui plus ou moins large et deux roues à chaque extrémité. Il est propulsé par deux moteurs électriques indépendants.

GYROPODE, connu aussi sous le nom de Segway, inventé en 2001, est constitué d’une plate-forme sur deux roues et d’un guidon pour la manoeuvre. Il est même utilisé en certains lieux et circonstances par les forces de l’ordre.

MONOROUE ou GYROROUE, version sans guidon du gyropode inventée en 2005, comprend une roue carénée, un moteur gyroscopique et deux pédales ou marchepieds escamotables. Il requiert un apprentissage pour son utilisation.
Ces transporteurs personnels sont réglementés depuis le décret no 2019-1082 du 23 octobre 2019. Les déplacements de ceux qui continuent à « prendre le train onze2 » devraient être plus sûrs.
Elisabeth de Lesparda

* Se dit ou doit se dire quad, depuis le 21 avril 2011.
** Se dit ou doit se dire planche à roulettes, depuis le 26 novembre 2008.
1. La patinette est également un ski de petite taille qui se pratique sans bâtons.
2. Expression populaire : marcher.

Bête à bon Dieu
Le terme coccinelle dérive du mot latin coccinus, qui signifie « écarlate ».
Le surnom « bête à bon Dieu » est tiré d’une légende remontant au Xe siècle.

Au Moyen Âge, un homme fut accusé d’un crime. Condamné à mort pour ce meurtre commis à Paris, cet homme, qui clamait son innocence, dut son salut à la présence du petit insecte.
En effet, le jour de son exécution publique, le condamné devait avoir la tête tranchée. Mais une coccinelle se posa sur son cou. Le bourreau enleva donc la coccinelle très délicatement et releva sa hache afin de trancher le cou du jeune homme.
Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il constata que la coccinelle était de retour sur le cou du pauvre jeune homme !
Le bourreau eut beau insister, la coccinelle était obstinée à tel point que le roi d’alors – Robert II, dit le Pieux (972 - 1031) – intervint.
Considérant que l’évènement était un miracle et que la coccinelle accomplissait là une mission divine, il décida de gracier le condamné.
Quelques jours plus tard, le vrai meurtrier fut retrouvé.
Les spectateurs, persuadés que le Tout-Puissant avait envoyé la coccinelle pour sauver cet innocent, lui donnèrent le nom de « bête à bon Dieu ».

Dès lors, les gens de Paris parlèrent de la « bête à bon Dieu » et plus personne n’aurait écrasé ce petit insecte, au risque de commettre un sacrilège.
Les coccinelles figurent parmi les insectes utilisés par l’homme : beaucoup d’espèces se nourrissent en effet de pucerons et sont donc utilisées en lutte biologique comme insecticide naturel.
Contrairement à la croyance populaire, le nombre de taches de la coccinelle ne dépend pas de son âge, mais de l’espèce, dont il peut être une clé d’identification. Souvent, on représente la coccinelle avec une robe rouge à pois noirs. En réalité, elle se décline en quelque 5 000 espèces aux couleurs et aux dessins variés : certaines sont orange ou jaunes à points noirs, d’autres sont noires à points rouges, un petit nombre affiche une couleur unie. Et on en trouve même en damier ou à rayures.

Madly Podevin
* Madly Podevin nous recommande vivement le site Loirebeauce-encyclopedia, sur lequel elle a lu cette légende, dont elle s’est largement inspirée.
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •