Défense de la langue française   

DLF, n° 234

ET SI ON DANSAIT ?, d’ Erik Orsenna, de l’Académie française
Stock, 2009, 144 p., 14,50 €
Avec ce nouveau volume, Erik Orsenna ajoute une suite à sa fameuse trilogie : La Grammaire est une chanson douce (2001), Les Chevaliers du subjonctif (2004) et La Révolte des accents (2007). Dans la poursuite de leurs aventures grammaticales, Jeanne et Tom laissent aussi deviner en filigrane l’amour de l’auteur pour la musique, notamment pour ce vieux M. Henri, qui était évidemment Salvador.
E. Orsenna excelle plus que jamais dans l’art de l’allégorie : « J’ai besoin d’îles, écrit-il. Sans les îles, la mer s’ennuie. Les parenthèses sont des îles dans la phrase, dans le texte. » L’idée de donner vie aux signes de ponctuation, algues échappées des pages de livres d’un bateau échoué, c’est la manière de souligner leur importance. Il faut les réintégrer dans des textes, qu’ils feront respirer, auxquels ils donneront un rythme, un tempo, une mélodie.
La langue française est une musique : il faut savoir en jouer, ou au moins l’apprécier. Les recueils de grammaire ne sont pas les seuls à nous y aider ; avec son joli apologue, E. Orsenna oeuvre dans ce but avec talent et même maestria ! Christian Nauwelaers

ANTHOLOGIE DES JEUX AVEC LES MOTS, d’Alfed Gilder, préface d’Anne Roumanoff, postface de Claude Hagège
Le Cherche Midi, 2009, 396 p., 18,50 €
Quelques titres de la table des matières de cet ouvrage aussi désopilant qu’il est sérieux et fiable : « Le bon mot ou l’anecdocte primesautière» ; « La rosserie rimée ou l’épigramme » ; « Le rébus lettrique ou les joies de l’alphabet » ; « Le jeu des combles » ; « Les noms chahutés ou le méli-les-mots » ; « L’homophonie plaisante » ; « La lettre manquante ou le lipogramme »... On s’amuse en le lisant, on picore une page, on le repose, on s’y replonge, on sourit. C’est une spécialiste du rire qui vous l’affirme. Et l’un de nos maîtres ès langages de renchérir : « ... un bel hymne d’amour dédié à la langue et à la littérature françaises (si je puis dire sans que l’on m’inflige aussitôt topinambours et trompettes).» En outre, cerise sur le gâteau, l’aimable auteur nous propose une « zygomathèque » de livres plus réjouissants les uns que les autres. Nicole Vallée

BONNET D’ÂNE ET PALME D’OR, de Claire L’Hoër
Michalon, 2009, 158 p., 15 €
C’est un tableau bien sombre de l’Éducation nationale que nous brosse Claire L’Hoër dans cet essai qui porte d’ailleurs un sous-titre qu’on ne saurait oublier : « Au secours, notre école fonce dans le mur ! » L’auteur s’étouffe d’indignation quand, au Festival de Cannes 2008, la Palme d’or est décernée au film Entre les murs grâce auquel « désormais, les stars sont les cancres ». S’il s’agit de « recréer l’atmosphère d’une classe de zone d’éducation prioritaire (ZEP) avec une certaine vérité, l’interprétation qui en est faite par les auteurs est malhonnête ». Dans ces pages vivantes, fourmillant d’exemples et dénonçant les contradictions et les aberrations du système, Claire L’Hoër a assisté au délitement d’une institution qui devient de plus en plus allergique à la moindre réforme. Quelques réflexions de bon sens laissent pourtant penser que tout n’est pas perdu : les enfants et les adolescents ne supportent pas l’injustice et ne refusent pas systématiquement l’autorité. Ils en éprouvent même le besoin. Et tout le monde sait que « l’école est précieuse, car elle forme les adultes de demain », et « il est évident que tout enfant doit être dirigé ». Peut-on vivre sans diplômes ? Pourquoi est-il si difficile parfois de trouver du travail quand on est bardé de peaux d’âne souvent bien « dégradées » ? Si les parents « tenaient » avec les maîtres, avec les professeurs, le sort de ces derniers serait déjà amélioré... Ne parlons pas de la politisation... On connaît ses orientations. On a cherché des solutions : parfois elles introduisent un regrettable appât du gain. Bref, cet ouvrage très riche d’expérience et de réflexions fondées est à lire. Il nous décrit un « monde à part » où, du ministre aux enseignants en passant par les parents, tout le monde semble dépassé, mais les élèves, eux, sont bien vivants. « Ils sont plus optimistes que leurs parents. Et plus réalistes aussi. » De leur capacité d’adaptation, à condition qu’elle soit bien guidée, naîtra peut-être la « réforme » tant souhaitée. Mais il faudra toujours avoir le sens de l’effort et savoir d’abord lire, écrire et compter.
Jacques Dhaussy


JEUX DE LANGUE FRANÇAISE, d’Albert Taïeb
Éditions Eyrolles pratique, 2009, 220 p., 10 €
« Testez votre culture française en vous divertissant », nous recommande l’auteur, éminent docteur en psychologie sociale. On ne saurait mieux dire. Sept séquences de 16 jeux chacune, abordant : vocabulaire courant ; orthographe et grammaire ; expressions ; vocabulaire savant ; jeu ; origine et étymologie. Et nous avons même droit aux solutions ! Alors, n’hésitez pas à chercher des synonymes de garantir, d’astucieux palindromes, ce que dit le rhinocéros, ou ce qu’un Africain entend par gbasser et un habitant de la Belle Province par placoteux... Et en plus, vous disposerez d’une abondante bibliographie. Nicole Vallée

BIEN ÉCRIRE POUR RÉUSSIR SES ÉTUDES, de Jacques Vassevière
Armand Colin, 2009, 258 p., 9,90 €
150 règles et rappels, 150 exercices corrigés. L’auteur, qui participe aux travaux de didactique du français à l’Institut national de la recherche pédagogique, et a été membre du jury de CAPES des langues pour les épreuves de français, connaît admirablement son sujet ; les étudiants du supérieur ne pourraient donc avoir de meilleur guide que lui pour que leurs copies, de toutes les disciplines, ne soient pas disqualifiées au premier coup d’oeil du fait d’une mauvaise présentation, de fautes de langue, de façons de s’exprimer inadéquates. Bien au contraire, grâce à de nombreux et pertinents exercices corrigés, rendant possible un travail autonome, ils vont rapidement progresser dans la qualité de leur expression, gage de réussite absolument essentiel aujourd’hui comme jadis et naguère. Nicole Vallée

PORC OU COCHON ? LES FAUX-SEMBLANTS, de Jean-Loup Chiflet
Chiflet & Cie, 2009, 190 p., 12,95 €
L’éditeur et auteur Jean-Loup Chiflet nous livre un ouvrage amusant et très instructif par endroits, concernant principalement les termes voisins, qui ne sont pas des synonymes. Quelles sont les subtiles nuances qui distinguent le porc du cochon ? Les aromates des épices ? Le crocodile de l’alligator ? Etc.
Il étend son propos aux paronymes (« aiglefin » et « aigrefin »), et même à des personnalités du type Balzac et Flaubert, voire Arnault et Pinault ! Il s’attache aussi à la géographie : Sydney ou Canberra... On trouve une entrée pour « chaussure » et « soulier », mais plus loin il propose « soulier » et « chaussure », avec des textes différents ! Distrait ou étourdi ?
Enfin, il faut noter que, dans certains cas, l’auteur ne tient jamais compte de la troisième option : pas de verrat pour tenir compagnie au porc et au cochon ; d’échidné avec le hérisson et le porc-épic ; de sauterelle au(x) coté(s) du criquet et du grillon...
On aura compris que cet opuscule refuse l’esprit de sérieux, tout en restant intéressant.
Christian Nauwelaers


FAUTEUR DE TROUBLES. PETIT PRÉCIS D’ORTHOGRAPHE À L’USAGE DES RÉCALCITRANTS, de Marie-Dominique Porée-Rongier
Éditions First, « Au pied de la lettre », 300 p., 9,90 €
Cette agrégée de grammaire et professeur de lettres classiques rafraîchit nos connaissances orthographiques et nous guide sur l’immense champ de mines des difficultés et particularités de la langue, en nous rappelant toutes les règles de base. Les règles d’accord à respecter selon les syllepses nous valent des moments exquis, pour exercer notre logique et notre sens de la nuance.
On trouve une liste de mots dont il faut retrouver le genre, une liste d’adjectifs ne s’employant qu’avec des substantifs masculins (avec, parmi les exemples, une malencontreuse chevelure châtain !), il nous faut accorder des adjectifs entre parenthèses avec des noms au genre à déterminer, etc. Malgré l’une ou l’autre erreur et quelques négligences, cet ouvrage est passionnant.
Christian Nauwelaers


LE GRAND LIVRE DES EXPRESSIONS. Connaître leur origine et savoir les utiliser, de Cosimo Campa
Éditions Studyrama perspectives, 2008, 220 p., 15 €
Encore un ouvrage consacré aux expressions françaises ? Bien sûr, et celui-ci n’omet pas, dans une honnête bibliographie, de citer une quinzaine de ses prédécesseurs. Ici, l’auteur recourt au classement par thèmes ; vingt-trois en tout, dont : Apparences... Courage... Ivresse... Nourriture... Succès... Vie et société. Les explications, souvent abondantes, sont d’une lecture fort agréable. La première occurrence de plus de 600 expressions est généralement datée. Bref, même si vous possédez déjà les
quinze autres ouvrages du même type, vous ne perdrez rien à acquérir le seizième... Christian Nauwelaers


AU PLAISIR DE DIRE, de Marinette Matthey
L’Aire, 2009, 232 p., 19 €
Ce livre rassemble « des souvenirs, des anecdotes… qui ont pour objectif de montrer comment on devient linguiste, ou plus précisément sociolinguiste, professeure d’université en France et chroniqueuse de la langue dans la presse suisse ». Marinette Matthey aborde les rapports du langage avec les nouvelles technologies, la féminisation, la politique, l’école, les rectifications, etc. Un thème récurrent est celui de la variation : l’auteure observe que l’on serait aujourd’hui à un moment de l’histoire où la distance entre la norme orthographique et les pratiques réelles s’accroit et elle en conclut que les nouvelles normes apparaissent comme un moyen de maitriser la variation. C’est un plaisir de lire de tels propos.
Non dénué d’humour, l’ouvrage montre la vaste richesse du domaine langagier et, à travers les réactions des lecteurs à ses chroniques, la façon dont les courants linguistiques sont reçus dans le grand public. Claude Gruaz*

* NDLR : Claude Gruaz tient à respecter les rectifications orthographiques de 1990.

LES MOTS FRANCAIS DANS L’HISTOIRE ET DANS LA VIE, de Georges Gougenheim, préface d’Alain Rey
Omnibus, 2008 (premières éditions en 1966 et 1975), 750 p., 26 €
Saluons ici l’oeuvre magistrale d’un des grammairiens les plus notoires du XXe siècle, professeur d’histoire de la langue française à la Sorbonne, fondateur du Crédif (Centre de recherches et d’études pour la diffusion du français). « Un véritable guide dans le labyrinthe des mots » (Alain Rey). La genèse, la naissance, l’évolution des mots de notre langue sont présentées de façon aussi agréable qu’érudite, étayées de citations judicieuses, familières ou inattendues. Ajoutons que cet ouvrage se termine par d’utiles index des mots de langue française et latine, de langues romanes et germaniques, et d’autres langues. Nicole Vallée

LE MISO MIS À NU, OU LES MAUX DU DICO, de Françoise Leclère
La Maronie, 2008, 80 p., 5 €
Comment l’auteur, pensant qu’elle allait s’ennuyer, s’est mise à feuilleter un dictionnaire et a découvert alors : 1) que c’était passionnant ; 2) le « sexisme intériorisé » du langage et la misogynie (inconsciente ?) d’un ouvrage prétendument neutre. Voici des définitions fort éclairantes : « Femelle : 1. Animal du sexe qui reproduit l’espèce en produisant des ovules fécondés par le mâle. 2. Pop. et péj. Femme » – « Mâle : 1. Individu appartenant au sexe doué du pouvoir de fécondation. 2. Fam. ou péj. Homme caractérisé par la puissance sexuelle [...] le mâle est un individu, tandis que la femelle[...] est un animal. » « Suivre : “Vous êtes venu seul ? – Non, ma femme me suit.” » Ce savoureux petit bréviaire en donne d’autres, et rien ne vous empêche de contrôler leur véracité « chez Bob », à savoir Le Petit Robert. Nicole Vallée

Signalons aussi :
  • LA LANGUE FRANÇAISE AU DÉFI, de François Taillandier (Flammarion, « Café Voltaire », 2009, 96 p., 12 €).
  • LITTRÉ. ORTHOGRAPHE. TOUS LES USAGES DE LA LANGUE PARLÉE ET ÉCRITE (378 p.) ;
    LITTRÉ. GRAMMAIRE. TOUTES LES RÈGLES ESSENTIELLES POUR UN USAGE QUOTIDIEN (334 p.) ;
    LITTRÉ. CONJUGAISONS. TOUS LES VERBES, À TOUS LES TEMPS ET À TOUS LES MODES
    (320 p.),
    de Roland Eluerd (Le Livre de poche, 2009, 6,50 € chaque volume).
  • LA SAGESSE DU PROFESSEUR DE FRANÇAIS, de Cécile Revéret (L’OEil neuf, 2009, 104 p., 13,50 €).
  • TOUS LES CHEMINS MÈNENT À ROME. CES MOTS DE TOUS LES JOURS QUI NOUS VIENNENT DE L’HISTOIRE, de Daniel Appriou (Acropole, 2009, 302 p., 14,90 €).
  • DICTIONNAIRE SATIRIQUE DES NOMS PROPRES ET MALPROPRES, de Narcisse Praz (Slatkine, 2009, 336 p., 27 €).
  • TESTEZ VOS CONNAISSANCES EN LANGUE FRANÇAISE, de Stéphanie Bouvet (Marabout, 2009, 352 p., 10 €).
  • ORTHOGRAPHE EN POCHE. TOUT SAVOIR SUR LES PRINCIPALES RÈGLES D’ORTHOGRAPHE POUR NE PLUS FAIRE DE FAUTES, de Roselyne Kadyss et Aline Nishimata (Gualino, 2009, 48 p., 4 €).
  • VOCABULAIRE EN POCHE. L’ESSENTIEL DU VOCABULAIRE POUR S’EXPRIMER CORRECTEMENT À L’ÉCRIT ET À L’ORAL, d’Aline Nishimata (Gualino, 2009, 48 p., 4 €).
  • L’ACCORD DE L’ADJECTIF. RÈGLES, EXERCICES ET CORRIGÉS (176 p.) ; L’ACCORD DU VERBE. RÈGLES, EXERCICES ET CORRIGÉS (144 p.), d’Henri Briet (De Boeck - Duculot, 2009, 14,50 € chaque volume).
  • UNE HISTOIRE DE LA LANGUE DE BOIS, de Christian Delporte (Flammarion, 2009, 352 p., 21 €).
  • PETIT DICTIONNAIRE DES MOTS DE LA CRISE, de Philippe Frémeaux et Gérard Mathieu, préface d’André Orléan (Les Petits Matins, 2009, 136 p., 12 €).
Nos adhérents publient
  • François-Pierre Nizery nous offre des variations poétiques dans Chants de l’heur et d’ailleurs (Riveneuve éditions, 2009, 170 p., 12 €). Chaque poème est introduit par un texte en prose : souvenirs d’autrefois, amour de la nature, de la Bretagne, évocation de pays proches, voyages lointains, contes, lieux de mémoire... Une belle promenade de poète !
  • Après Vietnam. Impressions (voir DLF, no 230, p. XIII), Alain Dubos publie un album sur le Cambodge, avec de superbes photos de François Poche (Timée éditions, « Beaux livres », 224 p., 30 €). C’est un beau contrepoint à la réédition de La Rizière des barbares (Archipoche, 2009, 448 p., 8,50 €), ouvrage qui nous plonge dans la réalité du drame cambodgien et dans l’univers impitoyable du fanatisme.
  • Philippe Guisard et Christelle Laizé viennent de publier Verbes latins. 100 conjugaisons complètes, description du verbe latin, exercices corrigés (Ellipses, 232 p., 14,50 €). Ils dirigent aussi chez Ellipses, la nouvelle collection « Cultures antiques », dont le premier tome s’intitule L’Art de la parole, pratiques et pouvoirs du discours (360 p., 29 €), thème à l’étude cette année en hypokhâgne et khâgne.
  • Jacqueline Desmons dévoile des pans entiers d’histoire dans Mille et cent croix en Lorraine méridionale (Éditions Créer, 2009, 228 p., 13 cartes, 600 illustrations, 30 €, à commander : BP 56, 43102 Brioude Cedex).
  • Le Dico du franglais, de Jean-Bernard Piat (Librio, « Mémo », 2009, 96 p., 3 €), est un petit livre étonnant, dans lequel vous trouverez 400 anglicismes expliqués, des réemprunts, de faux anglicismes, etc.
  • Dans son second roman, Le Silence d’OEdipe (Éditions Vents salés, 2009, 220 p., 19 €), Anne-Marie Flamant- Ciron oppose la force du libre arbitre à la résistance du destin.
  • Marcienne Martin vient de publier Voix ferrées par l’ombre (L’Harmattan, 38 p., 7,50 €), voyage au coeur des mots en soixante-huit petits poèmes.
  • Dans Au balcon de l’infini (Éditions Tarmeye, 2009, 60 p., 10 €), Jean Sarraméa nous offre de très beaux « maillets » : poèmes de quatre quatrains en alexandrins, dont le premier vers est répété et décalé d’une ligne à chaque strophe. À commander à l’auteur : Bât 1, Les Hauts de Valescure, 1665, avenue de Valescure, 83700 Saint-Raphaël.
  • Grâce à Romain Muller, vous pourrez adapter la typographie de vos écrits au pays (Canada, Belgique, France, Suisse..., voire Allemagne, Espagne et Grande-Bretagne) dans lequel vous les publiez ou les envoyez ! Le Ramat européen de la typographie (De Champlain, 2009, 224 p., 16,50 €) est une édition revue du Ramat de la typographie, d’Aurel Ramat, bien connu au Québec. Ajoutons que cet ouvrage contient aussi un memento grammatical, des conseils pour rédiger des lettres et des courriels... Bref, il nous sera vite indispensable.
  • « La terminologie avant la terminologie » est un passionnant article que Jacqueline Picoche a publié dans La Banque des mots (n° 77), revue semestrielle publiée par le Conseil international de la langue française. CILF 11, rue de Navarin, 75009 Paris, tél. : 01 48 78 73 95, courriel : cilf@cilf.fr. site : www.cilf.fr
  • Pour donner un aperçu de la diversité des oeuvres que l’on peut lire sur le site qu’il a créé, Xavier Boissaye a publié Morceaux choisis du site Plume direct (Éditions Plume service, 2009, 146 p. illustrées, 19,10 €, franco de port, à commander chez l’éditeur, 8, rue du Général- Despeaux, Malassise, 60390 La Neuville-Garnier).
Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •