Défense de la langue française   

Éditorial N° 198

par : Jean DUTOURD de 1 'Académie française

LES FÉLICITATIONS DU PRÉSIDENT
À GUILLEMETTE MOUREN
Voici L'allocution prononcée par notre président, dans un salon de 1'Institut, le 3 octobre, lors de la remise des insignes de chevalier dans 1'ordre des Arts et Lettres à la secrétaire générale de DLF, par Mme Anne Magnant. déléguée générale à la langue française.

De gauche à droite : Anne Magnant, Jean Dutourd, Guillemette Mouren C'est La Rochefoucauld, je crois, qui dit qu'il est beaucoup plus facile de compatir au malheur d'autrui que de se réjouir de ses bonheurs. Je me permettrai d'ajouter que les décorations que reçoivent nos amis, nos connaissances et nos relations, nous sont, au mieux, indifférentes ; généralement, nous en serions plutôt agacés.

Néanmoins, quelquefois, rarement, exceptionnellement un ruban nous paraît atterrir sur une poitrine qui en est aussi digne que la nôtre. Et l'on s'aperçoit. avec surprise, qu'il n'est pas sans charme d'en être content, que cela nous fait presque autant plaisir que si c'était nous-mêmes qui étions ainsi honorés.

Tel est le miracle auquel nous convie Guillemette Mouren aujourd'hui. Nous sommes enchantés, sans arrière-pensée, sans réserve, sans réticence et en toute sincérité, que la République ait attaché à son corsage un petit morceau de tissu vert et blanc qui proclame à la face du monde qu'elle n'est pas seulement une jolie femme, mais aussi une femme de tête et de caractère, une artiste, une petite Jeanne d'Arc de la langue française, laquelle pour le moment est notre roi de Bourges.

Quant à moi, je trouve que son principal titre à être une héroïne nationale est son prénom. Je sais bien que c'est à son papa qu'elle le doit, mais il est, comme tous les prénoms, devenu consubstantiel à sa personnalité. Au point qu'il n'y a qu'une seule Guillemette en France de même qu'il n'y avait, avant la guerre, qu'un seul Sacha, un seul Jean, et, après la guerre, un seul Edgar. Chance extraordinaire : c'est la bonne vieille association DLF qui possède la chère et l'unique Guillemette nationale. Quand on pense que nous pourrions avoir comme secrétaire générale une Samantha, une Gloria, une Vanessa, une Pénélope, on frémit, on touche du doigt notre félicité.

Chère Guillemette, vous voici entrée dans ce que les Romains de l'Antiquité appelaient le Cursus honorum. Vous allez désormais, j'en suis sûr, accumuler sur votre charmante personne les rubans de toutes les couleurs, les rosettes, et qui sait ?, un jour, très lointain (mais rassurez-vous, vous serez toujours belle) les Grands cordons. Étant le président de DLF, je parle ici au nom de notre brave régiment qui vous dit par ma bouche : « Vous nous faites honneur, nous vous admirons, nous vous aimons, et lorsqu'il nous arrivera de parler de vous, nous faisons le serment, pour que nos louanges vous touchent réellement, d'employer toujours l'imparfait du subjonctif. »
Jean DUTOURD
de 1'Académie française
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •