Défense de la langue française   

Éditorial N° 235


M. Angelo Rinaldi, de l’Académie française, a été élu président de Défense de la langue française, en remplacement de M. Jean Dutourd, qui lui avait demandé de lui succéder.
Écrivain et journaliste, Angelo Rinaldi est né en 1940 à Bastia (Corse). Après ses études dans cette ville, il entre comme journaliste à Nice-Matin et à Paris-Jour. Il se consacre à la critique littéraire et travaille successivement dans les hebdomadaires L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur. Il sera nommé directeur littéraire du Figaro et responsable du Figaro littéraire. Écrivain, il a publié des romans, notamment La Loge du gouverneur, La Maison des Atlantes (prix Femina 1971), Les Dames de France, L’Éducation de l’oubli, La Dernière Fête de l’Empire, Les Jardins du consulat, Les Roses de Pline, La Confession dans les collines, Dernières nouvelles de la nuit, Tout ce que je sais de Marie, Résidence des Étoiles, ainsi que Service de presse, recueil de ses chroniques littéraires.
Il a été élu à l’Académie française en 2002.

Pour connaître la pensée de notre nouveau président au sujet de ce qui nous préoccupe, nous avons eu la curiosité de nous reporter au discours de réception qu’il a prononcé sous la Coupole le 21 novembre 2002, et nous y avons relevé trois passages.

• Sur les dialectes, notamment le corse :
« Quelques victimes d’une sorte de régression infantile s’efforcent, là-bas, de promouvoir, au détriment du français, un dialecte certes inséparable de la douceur oedipienne des choses, mais dénué de la richesse de la langue de Dante. À la surface des sentiments et des idées, le dialecte ne creuse pas plus profondément qu’une bêche, quand il faut, pour atteindre les profondeurs, les instruments du forage d’une langue à chefs-d’oeuvre, telle que le français, dont la garde, la défense et l’accroissement des richesses vous incombent. »

• Sur la politique linguistique de la Commission européenne :
« De Bruxelles, qui est en Belgique, où il y a aussi Waterloo et quantité de cases de l’oncle Tom, ne cessent de partir les assauts contre la langue française, livrés par les tenants d’un idiome unique, c’est-à-dire l’anglais. La Commission européenne ne cherche-t-elle pas, maintenant, à l’imposer au monde de la publicité, au motif qu’il serait facilement compris de tous ? Par les technocrates, on n’en doute pas. »

• Sur la francophonie :
Vous détenez un aspect de la singularité du nôtre [de notre pays], et peut-être, au rythme où fond la souveraineté nationale, en aurez-vous, entre les mains, sa dernière parcelle – en fait la plus précieuse, qui est même audessus des constructions juridiques. La francophonie est une patrie sans rivages ni frontières. Qui use du français, ou qui l’adopte, en est le citoyen de plein droit, et notre égal. On a distingué savamment entre le droit du sang et le droit du sol. Vous inventez un droit du songe qui, à travers le langage, nous raccorde à ces légendes dont un poète a pu dire que, s’il en était privé, un pays se condamnait à mourir de froid. »

Jacques Dargaud
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •