Défense de la langue française   
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris • 01 42 65 08 87 • dlf.paris@club-internet.fr •
Nous dénonçons avec suffisamment de vigueur les sociétés
qui nous abreuvent de slogans en anglais pour ne pas ménager
nos félicitations à celles qui utilisent correctement le français.
N° 258 (4e trimestre 2015)
  • La presse nous a appris récemment que le célèbre défenseur de l’environnement, Nicolas Hulot, venait de lancer « une vaste opération pour aider tous les projets des entreprises qui font preuve d’imagination en préservant le climat » Nous ne pouvons qu’applaudir une telle initiative. Il est simplement regrettable qu’il n’ait pas pensé aussi à préserver notre langue et qu’il la dédaigne en dénommant cette opération « my positive impact ». Il avait déclaré à cette occasion qu’il ne supportait plus « le fatalisme, le scepticisme et le conformisme ». Nous non plus, nous ne supportons plus le fatalisme du déclin de notre langue, le scepticisme quant à son avenir, le conformisme au toutanglais.

  • Pour lancer la Peugeot 108, la firme bien de chez nous, à laquelle tant de Français restent fidèles, a émis un communiqué dont voici un extrait : « La Street Art a trouvé sa place au Peugeot avenue de Paris, aux côtés de la Peugeot 108 et du Peugeot Concept BB1. L’artiste Darco a façonné un univers à leur image en revisitant entièrement le brandroom Peugeot. La ville devient terrain de jeux de ces deux modèles innovants pour cette exposition Urban Life in Colors... » Le communiqué ajoute que la voiture est customisable et que l’artiste a revisité le flagship des Champs-Élysées. On ne sait pas si la voiture donnera satisfaction aux fidèles clients de la marque, mais le communiqué devrait réjouir les inconditionnels du jargon anglo-intellopublicitaire.

  • Le P-DG de la Monnaie de Paris, Christophe Beaux, a lancé en novembre une campagne participative pour financer l’installation de trois ruches sur le toit du palais Conti. On ignore si les académiciens pourront se délecter du miel des ouvrières situées près de la Coupole. Ils apprécieront certainement beaucoup moins le nom donné à cette campagne : « Save the queens ! » Au cas même où ce nom n’aurait pas été donné par l’hôtel de la Monnaie, il est inadmissible qu’un établissement public s’associe à une opération ainsi nommée et, de plus, à deux pas du sanctuaire de la langue française.

  • La ville de Lyon nous offre malheureusement souvent l’occasion de déplorer le goût prononcé de ses édiles et de ses entreprises pour l’emploi de l’anglais à la place du français. Cette fois, c’est une société de navigation touristique sur le Rhône qui a changé son nom de Navig’inter en Lyon City Boat. Les anglomaniaques ont encore marqué des points. Ils vont faire de Lyon la capitale des... goals (buts).
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •