Défense de la langue française   
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris • 01 42 65 08 87 • dlf.paris@club-internet.fr •


le 17/03/2021

CHARENTE-MARITIME
Du président Christian Barbe : « La délégation espère pouvoir reprendre bientôt ses réunions amicales et ses défis orthographiques au Relais du Bois Saint-Georges.
En attendant, le site de la Comédie-Française invite chaque jour à écouter des lectures de Proust et chaque samedi à voir et revoir des pièces de théâtre
(Roméo et Juliette, L’École des Femmes, Les Fausses Confidences, Ruy Blas...) interprétées par les Comédiens-Français. »

CHER
Du président Alain Roblet : « L’assemblée générale de la délégation s’étant déroulée “par procédure écrite entre les membres”, le programme des actions pour l’année 2021 n’est pas encore définitivement arrêté. Toutefois, sous réserve de conditions sanitaires le permettant, nous envisageons :
– en mai ou juin, la remise des prix du Plumier d’argent ;
– en mai ou juin, une animation au profit d’une délégation de professeurs moldaves enseignant le français, en visite dans le Cher;
– fin juin ou pendant l’été, le pique-nique annuel;
– 14 juillet : une animation culturelle ludique à Menetou-Salon.
»

GARD
Du président Alain Sulmon : « Comme beaucoup d’autres délégations, j’imagine, nous rongeons notre frein, car nous avons le projet d’organiser des soirées littéraires, projet bloqué évidemment depuis quelques mois et pour encore un bon bout de temps sans doute. »

LOT
De la présidente Sandrine Mage : « Rien de bien nouveau pour l’instant ; je vais préparer l’AG que nous ferons certainement à distance.
Je motive les adhérents à écrire et avec leurs productions, nous enrichissons le site de l’association Racines, avec laquelle nous collaborons : https://www.racines-alvignac.fr/.

[Cliquer sur « Activités », puis sur « Langue et Littérature françaises ».]
Certains participent à des ateliers d’écriture proposés par la bibliothèque de Gramat. »

PAYS DE SAVOIE
Du président Philippe Reynaud : « Poursuite de nos actions pour faire respecter la loi Toubon (bilan des actions en cours et projets).
• Faisant suite à notre protestation adressée au maire de Chambéry contre la communication très anglicisée de sa ville (voir
DLF n° 277), nous avons obtenu un soutien de la DGLFLF qui (début janvier) a envoyé au maire une lettre de rappel à la loi. Un article sur ce sujet est paru dans Le Dauphiné libéré (9 janvier) : “Chambéry épinglée par DLF en pays de Savoie.”
• Recours contentieux contre “Grand Annecy” (demande de suppression de la marque territoriale
“In Annecy mountains”). L’audience de jugement a été fixée au 18 février. Nous devrions donc savoir, vers la mi-mars, si le tribunal nous donne raison.
• Recours auprès de la cour administrative d’appel contre le département de Haute-Savoie. Après avoir obtenu un jugement favorable (voir
DLF n° 277), nous avons appris fin janvier 2021 que, sous la pression du tribunal, le département avait demandé la restitution de la subvention de 20 000 € qu’il avait attribuée à l’office du tourisme de La Clusaz.
• Projet de recours conjoint avec d’autres associations, auprès de la Cour de justice européenne contre la Commission qui ne respecte pas les traités (utilisation massive de l’anglais, au détriment des autres langues, dont le français).
»

SUISSE
Du président Aurèle Challet : « La renaissance implique bien évidement de naître une deuxième fois ! Alors, respirons et allons de l’avant. Il y a urgence...
Voici un petit résumé des activités présentes de DLF-Suisse confrontée, comme tout le monde, à la restriction sanitaire.
Difficile dans ces conditions de rencontrer des gens dépités par le massacre de notre langue française, en territoire suisse. Pas simple de les encourager à venir nous renforcer à DLF-Suisse. Mais nous y travaillons, avec ardeur.

C’est donc par courriel, courrier postal, voire au téléphone, que nous réagissons aux sollicitations de gens intéressés. Car, en parcourant les réactions des lecteurs de quotidiens régionaux, nous découvrons, avec étonnement, des personnages, forts en mots, sans détours, et dénonçant, çà et là, le mauvais usage du français, l’anglicisation galopante, voire la germanisation rampante en Romandie.
DLF-Suisse a envoyé, à ce jour, des centaines de lettres de motivation pour la défense du français en Suisse, à tous les journalistes parlementaires, aux journalistes francophones de Suisse, aux professeurs de français, aux directeurs des écoles publiques, privées et professionnelles.
Les premières réactions sont encourageantes. Demain, DLF-Suisse sollicitera, de la même manière, les institutions nationales, les députés francophones et les organisations internationales en les invitant à respecter notre langue française et à encourager son usage correct ! Il y a “le feu au lac”.
Bientôt, après une campagne de sensibilisation indispensable… auprès des commerces et autres diffuseurs de publicité niaise, nous placarderons, systématiquement, des autocollants “En français, s’il vous plaît ! DLF-Suisse”. Car, pour être vu, il faut être lu !
»

Retour haut de page
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •