Défense de la langue française   
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris • 01 42 65 08 87 • dlf.paris@club-internet.fr •
Nous dénonçons avec suffisamment de vigueur les sociétés
qui nous abreuvent de slogans en anglais pour ne pas ménager
nos félicitations à celles qui utilisent correctement le français.
N° 260 (2e trimestre 2016)
  • L’Équipe se vante, sur une pleine page, de contribuer à l’apprentissage de langues étrangères. Sur un tableau, une quinzaine de termes anglais et italiens abondamment employés par les journalistes sportifs, à la place de termes français, sont livrés à l’admiration des « élèves » involontaires. Nous devons être fiers d’utiliser dorénavant indoor plutôt que en salle, crunch plutôt que choc, turnover plutôt que rotation, giro à la place de tour, mercato à défaut de marché. Il leur reste à se débaptiser et à se nommer dorénavant « The Team » ou « La Squadra » .

  • Pour aider les chômeurs ou les jeunes en recherche d’emploi, le service Pôle emploi (organisme public) a créé sur internet le « Blog emploi service ». On peut accéder ainsi à des rubriques diverses destinées, suivant leur expression, à booster les recherches. On peut ainsi naviguer vers job and company, CV tube, dream job, do you buzz, open classrooms... Que viennent faire ici ces expressions anglaises ? Elles sont mal venues pour un public spécifiquement français et illégales au regard de la loi.

  • Le manque de rigueur dans l’expression orale peut déboucher sur des déclarations pour le moins maladroites, surtout quand elles sont faites par un ancien ministre, élu régional en exercice. Commentant un terrible accident, lié à l’ouverture accidentelle de la ridelle d’un camion qui croisait un autocar, il a déclaré : « Il y avait une chance sur un million qu’elle s’ouvre à ce moment précis. » S’agissait-il bien d’une chance ?

  • Une course de voitures 100 % électriques a été organisée à Paris en avril. Des barrières installées sur l’esplanade des Invalides portaient des mentions uniquement en anglais telles que « single-seater car race » ou « drive the future ». Cette course, qui se voulait être une promotion du respect de l’environnement par l’emploi de la propulsion électrique, ne s’est donc pas accompagnée de la promotion de la langue française. Ce spectacle affligeant d’un affichage en globish sur un haut lieu de Paris a déclenché une réaction officielle du député Jacques Myard (voir tableau d’honneur).

Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •