Défense de la langue française   
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris • 01 42 65 08 87 • dlf.paris@club-internet.fr •
Nous dénonçons avec suffisamment de vigueur les sociétés
qui nous abreuvent de slogans en anglais pour ne pas ménager
nos félicitations à celles qui utilisent correctement le français.
N° 264 (2e trimestre 2017)
  • La finale de l’Eurovision 2017 se déroulait le 12 mai à Kiev, en Ukraine. Vingt-six pays d’Europe étaient représentés. Forts de cette multitude, les organisateurs prétendaient mettre en valeur la diversité et avaient adopté le slogan... « CELEBRATE DIVERSITY »! Le choix de la langue anglaise illustrait bien l’hypocrisie de ce slogan, qui cache en réalité un nivellement linguistique et culturel complaisamment promu ou accepté par le monde artistique international. En effet, sur les vingt-six concurrents, seuls quatre compétiteurs courageux avaient choisi de chanter dans leur langue nationale. Notre candidate française, Alma, qualifiée lors des tours de sélection avec une chanson française, en avait traduit les refrains en anglais avant la finale pour faire plus « international ». Elle a terminé 12e. Trois de ceux qui avaient choisi de chanter entièrement dans leur langue nationale ont fini devant elle : le Portugais, l’Italien, le Hongrois, respectivement 1er, 6e, 8e. Un beau camouflet aux tenants du toutanglais. Voilà qui donnera une bonne leçon de patriotisme aux artistes qui prétendent représenter la France en chantant dans une langue étrangère.

  • La vallée de la Loire a toujours été une référence pour le beau parler français. De nombreux châteaux témoignent du prestige de notre histoire et de notre culture. Une de ces belles demeures, le Domaine de Chaumont-sur-Loire, est désormais propriété de la région Centre- Val-de-Loire. D’avril à septembre, une exposition florale y est organisée. L’évènement est doublement baptisé : « FLOWER POWER – LE POUVOIR DES FLEURS ». Le titre en anglais était-il indispensable ? Si oui, pourquoi avoir mis en avant le titre en anglais plutôt que le titre en français ? C’est donner à la langue française un indigne rôle subalterne. D’autre part, la Région Centre-Val-de-Loire, établissement de service public, doit obligatoirement, et au minimum, faire apparaître une deuxième langue étrangère. Nous saurons le leur faire savoir.

  • La ville de Chambéry veut souhaiter la bienvenue aux étudiants étrangers et les informer des activités mises à leur disposition. Le service communication de cette ville a donc conçu un coffret contenant divers documents qu’elle a baptisé, avec beaucoup d’imagination  « Welcome box ». Les étudiants sont-ils tous anglophones ? Ignorent-ils qu’on parle français à Chambéry ? Est-ce ainsi qu’on les incitera à apprendre notre langue ? Quand cessera-t-on de laisser les communicants américanisés et lobotomisés jouer avec l’image de nos villes, de notre pays et de notre culture ?

Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •