Défense de la langue française   
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris • 01 42 65 08 87 • dlf.paris@club-internet.fr •
Nous dénonçons avec suffisamment de vigueur les sociétés
qui nous abreuvent de slogans en anglais pour ne pas ménager
nos félicitations à celles qui utilisent correctement le français.
N° 267 (1er trimestre 2018)
  • L’Institut catholique de Paris (ICP) est largement ouvert à l’apprentissage des langues étrangères (huit langues enseignées dont quatre au niveau licence). Le site internet en français ne comporte pas de ces anglicismes que l’on trouve couramment sur les sites universitaires. Même l’ « email » est remplacé par courriel.
    Quelle inspiration aberrante a guidé le concepteur et quelle négligente attention des responsables a laissé paraître la mention CATHOLIC UNIVERSITY OF PARIS sur le sceau de l’ICP ? Les anglophones, auxquels on fait cette servile concession, auraient-ils été incapables de comprendre UNIVERSITÉ CATHOLIQUE DE PARIS ? Les voies de l’absurdité sont insondables.

  • Les Champs-Élysées, « la plus belle avenue du monde », se plaît-on à la qualifier en France, devra bientôt se dire, entre nous, « the most beautiful avenue in the world ». En effet, les mentions en anglais fleurissent en grand nombre sur les vitrines. Ainsi Peugeot, Séphora, Monoprix affichent sans vergogne des messages en anglais sans se donner la peine de les traduire en français. Curieusement, c’est un magasin Disney qui affiche « Offres magiques » sans traduction en anglais. Voilà une marque de respect de la langue des autochtones. Nos sociétés commerciales françaises ne pourraient-elles pas faire aussi bien ?

  • L’épidémie de prurit angloïde vient de toucher la région du Grand Annecy. Il se manifeste par la création d’un groupement d’intérêt touristique dénommé Annecy Mountains. Sur le site qui lui est consacré, on apprend que cette maladie trouve son origine dans « une volonté commune des collectivités territoriales et des offices de tourisme concernés de travailler ensemble au bénéfice d’un territoire qui fait sens [sic], un territoire pertinent [re-sic] d’Annecy aux Aravis ». À la trahison linguistique s’ajoute l’emploi d’un jargon prétentieux de publicitaire. Un diaporama accessible sur ce site est ponctué de titres comme « Annecy inspired mountains, A place to visit, A place to invest ». Attention qu’elle ne devienne pas pour les francophones un endroit à éviter.

Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •