Défense de la langue française   
>
Nous dénonçons avec suffisamment de vigueur les sociétés
qui nous abreuvent de slogans en anglais pour ne pas ménager
nos félicitations à celles qui utilisent correctement le français.
N° 205 (3e trimestre 2002)
  • Le parc de stationnement souterrain de la prestigieuse place Vendôme accueille les véhicules de nombreux visiteurs étrangers. Heureusement, les indications données aux clients sont écrites en cinq langues : français (en tête), puis allemand, anglais, espagnol et italien. Belle illustration du multilinguisme européen !


  • L’action individuelle peut porter des fruits. Ainsi, M. Marcel Chapeland, de Mâcon, adhérent de fraîche date, était intervenu auprès de plusieurs entreprises et commerces pour signaler des fautes d’orthographe. Il a eu le plaisir de constater que ces fautes avaient été corrigées dans un délai plus ou moins long. Même s’il est difficile de mesurer l’influence de son intervention dans cette heureuse fin, il peut, au moins, s’en attribuer une grande part de mérite.


  • Compliments aux chanteurs français, suisse (francophone), macédonien et turc qui, lors du concours Eurovision de la Chanson, diffusé le 25 mai à la télévision, ont chanté dans leur langue. Cela peut paraître naturel, mais il faut savoir que les vingt autres chanteurs, représentant tous les autres pays d’Europe et dépositaires d’autant de langues diverses, ont choisi de chanter en anglais ! Bravo donc à ces quatre résistants, qui n’ont pas encore honte de leur langue.


  • Nous fustigeons souvent les présentateurs de la télévision qui malmènent le français. Cette fois, nous avons le plaisir de décerner des lauriers à Jean-Claude Delarue* qui, lors des « Victoires de la musique » sur TF1, s’est fait le censeur de sa coprésentatrice qui utilisait un anglicisme. Alors que celle-ci annonçait que tout était bien en live, Jean-Claude Delarue a corrigé ostensiblement en précisant : « Oui, tout est en direct ! » Merci, Monsieur Delarue, pour cette petite, mais exemplaire, contribution à la promotion de la langue française.


  • Un écrivain anglais, John Sutherland, professeur de littérature anglaise à l’université de Londres, a fait preuve d’une grande honnêteté dans un article paru dans The Independent on Sunday et rapporté par L’Hebdo de Lausanne. Il dénonce ce qu’il appelle le « linguicide » qui fera que, à la fin de ce siècle, « 5 500 des 6 000 langues actuellement parlées auront rejoint le latin et le grec au rayon des langues dites mortes ». Il identifie une des causes de cette catastrophe dans l’hégémonie de la langue anglaise devenue lingua franca dans le monde. Il ne s’en réjouit pas et s’attriste de cette nouvelle forme de colonisation (ce sont ses mots). Mais pour lui, la langue anglaise elle-même est influencée par l’américain et il cite le Premier ministre Tony Blair, qui utilise des tournures américaines. Nous saluons cette courageuse analyse de M. Sutherland et nous le rejoignons dans son combat pour le plurilinguisme.

* correction apportée après la parution de notre revue : il s'agit en réalité de Jean-Luc Delarue, fils de Jean-Claude.
Marceau DÉCHAMPS
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •