Défense de la langue française   
Nous dénonçons avec suffisamment de vigueur les sociétés
qui nous abreuvent de slogans en anglais pour ne pas ménager
nos félicitations à celles qui utilisent correctement le français.
N° 206 (4e trimestre 2002)
  • L’agence Primatour, filiale de la caisse de retraite SG2R, organise des croisières dans le cadre d’un programme appelé « Pleine Vie ». Le prospectus fait rêver : décors luxueux, équipage souriant, programme de distractions, paysages enchanteurs. En guise de « cerise sur le gâteau », ce prospectus ajoute : « Le français langue officielle à bord des croisières Pleine Vie. Vous allez vivre dans un environnement francophone. Vous échappez ainsi aux animations, aux spectacles et aux excursions commentées successivement en plusieurs langues ! » Voilà un argument auquel les adhérents de DLF seront sensibles.


  • L’association Le Droit de comprendre (DDC) – à laquelle adhère DLF – a fait récemment une démarche auprès du Bon Marché, pour signaler diverses infractions observées dans les rayons de ce grand magasin parisien. Mme Le Lann, directrice juridique, a reçu les responsables de DDC et s’est montrée favorable à notre combat. Elle a produit des documents internes prouvant que l’information à propos de la loi du 4 août 1994 avait déjà été donnée aux chefs de rayons. Et, depuis, DDC a reçu la copie de lettres envoyées par la direction des achats à certains fournisseurs qui démontrent la ferme mise en pratique des dispositions annoncées lors de l’entrevue. Nous nous réjouissons de cet engagement en faveur de l’emploi du français par la direction du Bon Marché (également direction de la Samaritaine). Au moment des achats de fin d’année cela nous aidera à nous orienter...


  • Nous nous plaignons souvent que les pays membres ou associés de l’Organisation internationale de la Francophonie ne donnent pas à la langue française la place qui lui est due. Un court article paru dans Le Figaro du 11 octobre 2002 apporte un peu de réconfort. Je le cite en entier : « Barnier en VO à Bucarest. Bonne surprise pour le commissaire européen Michel Barnier en visite, hier, à Bucarest : le chef du gouvernement roumain, Adrian Nastase, a tenu à le faire participer au Conseil des ministres pour parler de l’élargissement de l’Europe. Lui-même ancien ministre, M. Barnier n’a pas été dépaysé. Mais il a surtout eu le plaisir de s’exprimer en français et d’être compris par tous les participants. »


  • Selon le quotidien Les Échos du 17 septembre 2002, le constructeur d’automobiles Renault vient d’annoncer le lancement d’une formation de cadres financée par la fondation Renault créée en 2001 et qui se fixe pour objectif « la diffusion et la promotion de la langue française ». Cette formation qui se déroulera à Paris est destinée à 25 étudiants et jeunes cadres japonais. Elle sera dispensée en français. Après avoir, à une certaine époque, fustigé le comportement trop pro-anglais, à notre goût, de Louis Schweitzer, nous saluons sa belle initiative. Une lettre, au nom de DLF, lui a été adressée pour marquer notre satisfaction.
  • Marceau Déchamps
Marceau DÉCHAMPS
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •