Défense de la langue française   
Le français, ciment de la République (Le Figaro 22-07-2000)
Éducation Jospin et Lang au 10e congrès des professeurs

     Lionel Jospin a tenu à se déplacer hier après-midi pour la clôture du 10e congrès de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF). Face, notamment, à la suprématie de l'anglais dans le monde, le premier ministre a estimé que « si le français n'était plus la langue d'un pouvoir, il pourrait être une langue de contre-pouvoir », en exprimant « la résistance à l'uniformité du monde ». La langue française « a été et reste le ciment de la République et des valeurs qui la fondent », a ajouté le premier ministre.
     Jack Lang qui l'a précédé à la tribune s'est employé de son côté à rassurer l'auditoire composé de milliers de professeurs de français, enseignant sur les cinq continents, inquiets par la menace de disparition de la revue Le Français dans le monde.
     Il avait été décidé que ce bimestriel, créé il y a plus de 40 ans, devrait être remplacé par un site Internet. Finalement, les deux formules survivront côte à côte. Le ministre de l'Éducation a même annoncé qu'il mettait à disposition deux personnes supplémentaires pour s'occuper du bimestriel.
     Il a également émis le souhait que les professeurs qui reviennent en France après avoir enseigné à l'étranger, soient affectés à des classes bilingues.
     Il a enfin proposé de rattacher un enseignant au conseil de l'innovation qu'il a installé dans son ministère (ce conseil a pour mission de détecter et de faire émarger les innovations dans les établissements).
     Celui-ci aura notamment pour mission de suivre les méthodes d'enseignement du français pratiquées à l'étranger. En effet, de nombreuses voix s'élèvent au sein de la FIPF pour souligner que certaines de ces méthodes pourraient être extrêmement profitables aux enfants « primo-arrivant » en France, voire, pour des petits Français rencontrant de grandes difficultés à l'école.
     En revanche, le ministre s'est bien gardé de répondre à la demande formulée par Alain Braun, le président de la Fédération, d'engager une réforme de l'orthographe. Le rayonnement de la France « passe incontestablement par les 47 % de locuteurs pour lesquels le français n'est pas une langue maternelle », estime Alain Braun. « Mais pour cela, il faut le rendre plus attractif, plus moderne », plaide ce dernier. Un discours qui sera sans aucun doute, relayé par son successeur à la tête de la fédération, nommé à la faveur de ce congrès. Il s'agit de Dario Pagel, un Brésilien, professeur de français.

Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •