Défense de la langue française  
Les livres que nous aimons

DLF, no 199

Merveilles et secrets de la langue française, sous la direction de Claude gagnière
(Sélection du Reader’s Digest, 2000, 496 p., 290 F, 44,21 €)
Claude Gagnière nous avait régalés avec Pour tout l’or des mots (Robert Laffont, 1997). Il se met aujourd’hui au service des Éditions Sélection du Reader’s Digest, connues pour leur publication de beaux livres de vulgarisation (cuisine, jardinage, santé, tourisme, etc.). Merveilles et secrets de la langue française s’insère parfaitement dans cette ligne éditoriale. L’ouvrage se limite à 1 154 entrées, d’abasourdir à zygomatique, qui incluent quelques raretés. La rédaction est claire, anecdotique, libre de tout jargon linguistique et étymologique, et des encadrés viennent élargir le champ sémantique de bon nombre d’entrées. La typographie est aérée, moderne dans le choix des polices ; les illustrations, d’une simplicité un peu trop biblique. Un livre gai, stimulant pour les étrangers qui maîtrisent déjà bien notre langue !
Élisabeth de Lesparda
Halte à la mort des langues,de Claude Hagège
(Éditions Odile Jacob, 2000, 402 p. 140 F, 21,34 €).
D’ici un siècle, la moitié des 5 000 langues parlées aujourd’hui dans le monde disparaîtront. Partant de ce constat pessimiste, Claude Hagège argumente : langues et vie de nos cultures, mort des langues, mais résurrection. Si la mort des langues est due à divers facteurs – disparition des locuteurs de naissance et pressions économiques et sociales, dont au premier chef « l’impérialisme de l’anglais, [...] vecteur des transactions commerciales à vaste échelle et donc aussi celui des idéologies politiques et culturelles » –, on peut néanmoins limiter l’hécatombe : par la résurgence de la conscience d’identité, par l’enseignement des langues minoritaires, par la reconnaissance officielle d’une langue par un État. Et l’auteur de nous citer en exemple l’hébreu, resurgi à la fin du xixe siècle grâce à la volonté d’un homme, puis d’une collectivité, et devenu l’une des langues officielles de la Palestine en 1918. Un livre érudit, étayé par une solide bibliographie, qui satisfera de surcroît ceux qu’effraie la domination linguistique anglo-américaine.
É. de L.
Le français au Maroc, lexique et contacts de langues, de Fouzia Benzakour, Driss Gaadi et Ambroise Queffélec
(AUPELF-UREF - Éditions Duculot, 2000, 360 p., 210 F, 32,01 €).
Ceux d’entre nous qui, pour diverses raisons, ont laissé un peu de leur cœur au Maroc iront grappiller avec bonheur dans la deuxième partie de ce livre qui recense les « marocanismes » ou particularités lexicales du français au Maroc. Qu’ils n’en négligent pas pour autant la première partie : les auteurs, deux universitaires marocains et un professeur français, tout en faisant la genèse d’un paysage linguistique varié et dynamique où cohabitent arabe, langues locales et langues des colonisateurs, nous rappellent la richesse de l’histoire du pays, des Phéniciens à l’indépendance.
É. de L.
Le français de Madagascar, contribution à un inventaire des particularités lexicales, de Claudine Bavoux
(AUPELF-UREF - Éditions Duculot, 2000, 216 p., 160 F, 24,39 €).
Un des derniers ouvrages d’une série « Actualités linguistiques francophones ». Il se présente, après une introduction historique et méthodologique, comme un lexique abondamment fourni, donnant pour chaque terme définition(s) précise(s), origine, nombreux exemples ou citations datées, et particularités d’emploi (connotations, registre, localisation géographique, etc.). S’y ajoute un lexique de termes obsolètes, remontant à l’époque coloniale et même plus haut.
Ouvrage de spécialiste, donc, et outil de référence pour les spécialistes. Mais il est évident qu’il intéressera, voire passionnera, un public beaucoup plus large. Et il emmènera dans un émouvant voyage nostalgique ceux qui jadis, comme moi, ou plus récemment, ont eu le privilège de séjourner sur la Grande île.
André Roubertou
ÉTAT DES LIEUX, de Georges LAFFLY
(Éditions Sainte-Madeleine, 215 p., 100 f, 15,24 €).
Écrivain et critique, Georges Laffly brosse de la société française un portrait qu’on pourra trouver sévère, mais que la clarté de l’argumentation exclut du domaine de la caricature.
Dans le chapitre consacré au « déclin de la langue », on retiendra, en contrepoint d’une charge pleine d’humour contre les dérives, tics et approximations si souvent dénoncés par DLF, une analyse très fine des raisons du déclin. Elle comporte une véritable ode à la polysémie reprochée à notre langue par les simplificateurs du discours, et dans laquelle il voit au contraire la source de tous les bonheurs d’écriture et de lecture, et une règle harmonique de la poésie.
Jean Brua
Du global à l’universel. Les enjeux de la francophonie, d’Yves Tavernier
(Publication de l’Assemblée nationale, 2000, no 2592, 250 p., 40 F, 6,10 €).
Ce rapport d’information, déposé le 21 septembre 2000 par la commission des Finances, de l’Économie générale et du Plan, concerne les moyens et les structures de la diffusion de la francophonie. Cet ouvrage, qui comporte bien entendu des chiffres, rend compte surtout du fonctionnement du dispositif multilatéral mis en place pour défendre et promouvoir la francophonie. Il se lit aisément, car les exemples sont précis et l’argumentation étayée. De plus, l’attachement d’Yves Tavernier à la langue française y transparaît nettement.
Marceau déchamps
loi de finances pour 2001, Francophonie, de Jacques Legendre
(Éditions du Sénat, 2001, no 93 - Tome XIII, 50 p., 8 F, 1,22 €).
Le rapport pour avis sur le budget « Francophonie » de la loi de Finances 2001 a été rédigé au nom de la commission des Affaires culturelles du Sénat. Ce document analyse l’évolution des crédits affectés à la Francophonie, formule des remarques et des suggestions que nous ne manquons pas de reprendre à notre compte. Les éléments fournis au fil des pages seront très utiles pour expliquer nos actions. Enfin, cet opuscule confirme que l’engagement du sénateur Legendre au service de la langue française et de la francophonie est identique au nôtre.
M. D.
* * *
Avant d’en faire un compte rendu détaillé, signalons la parution de : Nos adhérents publient

Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •