Défense de la langue française   

DLF, no210

ORTHOGRAPHE : TRUCS ET ASTUCES, de Jean-Pierre Colignon, préface de Bernard Pivot
Albin Michel, « Les Dicos d’or », 2002, 156 p., 10 €
LES DICTÉES de Bernard Pivot. Avec les dictées de Micheline Sommant. Chroniques et jeux de Jean-Pierre Colignon
Albin Michel, « Les Dicos d’or », 2002, 528 p., 22,90 €
DEVENEZ UN CHAMPION EN ORTHOGRAPHE, de Micheline Sommant et jury national des Dicos d’or
Albin Michel, « Les Dicos d’or », 2003, 358 p., 14,90 €
Saluons avec joie une nouvelle collection entièrement consacrée à la langue française, apparue grâce à l’équipe expérimentée des Dicos d’or. Il existait déjà des dictionnaires des difficultés du français ; mais le sujet mérite, au vrai, plus qu’un seul volume. Les trucs et astuces seront utiles à tous ceux qui soignent leur plume. Qui trouvera ridicules les phrases mnémoniques proposées (« Un coteau n’a pas de sommet pointu », « En possédant un fonds et son tréfonds, on est à l’aise ! ») pourra encore les lire au second degré. Les Dictées constituent une somme : jeux d’entraînement, dictées de demi-finales comme de finales, toutes accompagnées de leur corrigé détaillé. Devenez un champion regroupe pour sa part les tests juniors et seniors soumis aux candidats des Dicos d’or depuis leurs débuts, en 1985. D’autres livres ont d’ores et déjà paru : surveillez attentivement les rayons de votre librairie !
Romain Vaissermann

LA LANGUE EST-ELLE FASCISTE ? LANGUE, POUVOIR, ENSEIGNEMENT, d’Hélène Merlin-Kajman
Seuil, « La couleur des idées », 2003, 416 p., 24 €
Cet essai n’aurait pu être salué unanimement par la critique, de L’Humanité aux Jeune-France en passant par Lire, si ce n’était non seulement un pamphlet de bon sens contre une affirmation extrême de Roland Barthes lors de sa leçon inaugurale au Collège de France (« La langue est fasciste »), mais aussi une fresque historique érudite, démontrant – lourdes notes et bibliographie quelque peu fourre-tout à l’appui – que la véritable langue du pouvoir aux xvie-xviie siècles était le latin, que les puristes français consacrèrent le très démocratique usage, auquel se plièrent la cour et même le roi. Tuer la langue au motif qu’elle est en soi élitiste et instrumentalisée par le pouvoir est naïf ; ce crime nous ramènerait au langage primaire du corps, aux guerres civiles ou à la passivité politique. Que la grammaire, exercice de civilité, nous en préserve ! L’auteur, professeur de littérature française à l’université Paris-III, met en garde les pédagogues laxistes. Il est urgent, en matière éducative, de « refuser les antinomies paralysantes » : entre les deux défauts qui reviennent à exiger trop de nos enfants ou à n’en exiger rien, l’auteur rejoint la devise de notre revue : « ni laxisme ni purisme. » Le livre est assorti de très commodes index des noms et des notions.
R. V.

L'ART DE PARLER, ANTHOLOGIE DE MANUELS D'ÉLOQUENCE, de Philippe Salazar
Klincksieck, « Cadratin », 2003, 384 p., 20 €
Vous redoutez le moment de parler en public ? Vous êtes curieux de l’histoire de la rhétorique ? Dans les deux cas, qui ne s’excluent pas, rassurez-vous : un livre soigné vous donnera un panorama des manuels d’éloquence, depuis les inévitables Platon et Aristote jusqu’au règlement de notre Assemblée nationale. Chaque texte, de huit pages environ, est précédé d’une petite introduction, contextuelle ou biographique. Ce recueil, aux choix judicieux, se recommande d’une langue claire ; le complète un précieux glossaire. L’art de parler, qui peut tromper, réside, utilisé à bon escient, au cœur de notre culture politique européenne. Constante des divers Empires, l’art de parler illustra le français en un temps dont nous voudrions qu’il revienne : « L’Éloquence française a rempli le monde de son bruit. Elle a renversé des trônes et failli sauver des monarchies ; on ne citerait pas une réforme, politique ou sociale, qui ne soit née de la tribune ; elle a donné des ailes à toutes les idées généreuses et doublé la puissance de séduction des chimères ; chaque fois qu’elle s’est tue, l’humanité a paru sans voix ; une aurore d’espérance a salué chacun de ses réveils ; pour dire le bien et le mal qu’elle a faits, il faudrait raconter l’histoire de la France depuis un siècle. » (Joseph Reinach, L’Éloquence politique, 1894).
R. V.

DICTIONNAIRE DE SYNONYMES ET MOTS DE SENS VOISIN, d’Henri Bertaud DU Chazaud
Gallimard, « Quarto », 2003, 1 876 p., 26,50 €
C’est un excellent dictionnaire des synonymes et c’est plus qu’un dictionnaire des synonymes, puisqu’il étend la synonymie pure à l’analogie. Considérablement enrichi par rapport aux précédents ouvrages « du même auteur », sous un format plus maniable, et dans une mise en page très lisible, ce livre propose 60 000 entrées ! Regrettons seulement l’absence de francophile, alors que francophobe et gallophobe sont bien là. Tout défenseur de la langue française doit s’efforcer de varier son expression, sauf à chercher l’effet ; le livre servira immanquablement à ce défenseur. À ce défenseur, dis-je ? « Apologé-tique (vx), apologiste, apôtre, champion, partisan, pilier, protecteur, redresseur de torts, soutien, tenant. Jurid. Attorney (angl.), avoué, conseil, consultant, avocat », me répond le « dictionnariste, lexicographe, linguiste » Henri Bertaud du Chazaud.
R. V.

DICTIONNAIRE DES ONOMATOPÉES, de Pierre Enckell et Pierre Rézeaud
PUF, 2003, 584 p., 32 €
De nombreuses précisions lexicographiques (manque néanmoins la prononciation des mots) et les citations référencées à la page près font de ce livre un paradoxe : un savant répertoire des mots que l’on n’a guère l’habitude ni le besoin de chercher dans un dictionnaire – plap, platch, plic, ploc, plof ou plop ! Docte introduction, classement des variantes, classement thématique, très curieuse anthologie onomatopéique, forte bibliographie, tout cela en impose certes ; mais déroute aussi. Il y a du canular dans ce livre des Presses universitaires de France. Faut-il sérieusement penser que fumer produit le son pff – la cigarette faisant fft et pouf, mais la pipe pch, plop, pop ou pout ? Que les « bottes en caoutchouc » font bodom-bodom et que les « chaussures à semelle de crêpe » produisent d’exotiques psshui-shong ? Pourquoi condenser en un volume les mille et une preuves de l’impuissance qu’ont éprouvée les auteurs à écrire les bruits ? Sans doute pour rire, pour ce que bruire est le propre de l’homme. Et toc – « pour marquer une riposte ».
R. V.

LA FRANCOPHONIE DANS LE MONDE - 2002-2003
Larousse et Organisation internationale de la Francophonie, 320 p., 18 €
Combien y a-t-il d’« apprenants » de français en Roumanie ou au Vietnam, en Algérie ou en Australie ? Qu’en est-il de l’usage du français dans les organisations internationales ? Quels sont les alliés de la Francophonie dans les débats et les projets sur la diversité culturelle ? À toutes ces questions peuvent s’en ajouter quantité d’autres, dont la réponse se trouve dans cet ouvrage très complet auquel a collaboré, comme coordinatrice éditoriale, Isabelle Chotel, adhérente de DLF.
Marceau Déchamps

BAS LES VOILES !, de Chahdortt Djavann
Gallimard, 2003, 48 p., 5,50 €
« Il serait du devoir de la France, non seulement de mettre à disposition des immigrés des institutions républicaines et gratuites d’apprentissage du français, mais de rendre cet apprentissage obligatoire pour tous les immigrés adultes ne connaissant pas la langue. Peut-on vivre dignement dans un pays sans parvenir à s’y exprimer correctement ? En outre, l’enseignement du français aux immigrés adultes devrait englober des objectifs dépassant le simple aspect linguistique. Il pourrait être l’occasion d’un apprentissage des institutions républicaines, des valeurs essentielles de la démocratie et de l’histoire de France depuis la Révolution. L’éducation des immigrés adultes contribuerait indirectement à l’intégration de la deuxième génération en réduisant le fossé entre les parents et les enfants. »
Telles sont les réflexions et propositions que vous pourrez trouver, entre autres, dans ce petit livre aussi émouvant que remarquable.
Claire GOYER

Nous vous recommandons ces ouvrages récemment publiés par nos adhérents :
Signalons aussi : Nos adhérents publient
  • Les Routes de la faim, de Serge Dupont-Valin
    (CLC éditions, 2003, 200 p., 18,50 €) : ce roman d’aventure et de réflexion sur le grave sujet de la malnutrition est suivi d’un entretien avec le professeur Marcel Ganzin, ancien directeur du département nutrition de la FAO.
  • Dans Histoire et actualité du satanisme. La démoncratie
    (S.A. D.P.F., BP 1, 86190 Chiré-en-Montreuil, 2003, 464 p., 25 €), François Marie Algoud dénonce « la plus grande ruse du Malin, qui est de faire croire qu’il n’existe pas ».
  • La Biennale de la langue française vient de publier « La langue française et vous ».
    Sondage et enquêtes auprès de 7 000 jeunes de 26 pays (298 p., 9 €), étude menée par sa vice-présidente Jeanne Ogée.
    Le commander à la Biennale de la langue française, 113, rue Galliéni, 78670 Villennes-sur-Seine, tél. : 01 39 75 81 81, téléc. : 01 39 75 90 25.
  • Micheline Leman présente Mes secrets d’Auvergne
    (Éditions Le Roseau à Tours, 18 €). On peut passer commande directement à l’auteur, BP 50, 12, avenue René-Cassin, 63240 Le Mont-Dore.
  • La langue gauloise est toujours présente ! Le professeur Jacques Lacroix le prouve avec La Gaule des combats, premier tome des Noms d’origine gauloise en France
    (Éditions Errance, « Hespérides », 256 p., 28 €).
  • Pascal-Nino Biagiotti nous propose un livre de récits sur sa chatte, préfacé par Paul Franck et illustré par Arfoll : Princesse et moi
    (autoédition PNB, 2003, 166 p., 12 €, en partie reversés à des œuvres humanitaires).
    Le commander à l’auteur, Palais Los Angeles, 29, avenue des Baumettes, 06000 Nice.
  • Dans Une langue pour l’Europe ? Mais oui ! pour sauver les langues de l’Europe...
    (Éditions La Blanchetière, 72320 Courgenard, 80 p., 4,50 € + 1,40 € de frais de port), André Cherpillod démontre que, pour lui, l’espéranto est cette langue.
  • Le Pr Jean-Marie Dubois de Montreynaud vient de publier, avec les docteurs François Lavaud et Thomas Doco, Les Asthmatiques (Glyphe & Biotem éditions, 222 p., 26 €).
  • Pierre Millat, président des Amis de la chapelle de Villeneuve-aux-Riches-Hommes, a rédigé le tiré à part du bulletin de l’association (n° 17 - année 2003) : Toponymie du canton Aubois de Marcilly-le-Hayer (104 p.).
  • Vous pouvez lire sur l’internet L'itinéraire d'Henri IV, les 20 597 jours de sa vie, de Jean-Claude Cuignet : http://perso.club-internet.fr/jccuignet/
    Et nous pouvons vous adresser, par l’internet, l’excellent mémoire de 92 pages que son fils, le sous-lieutenant Antoine Cuignet, a présenté à Saint-Cyr et qui s’intitule : Défense et promotion de la langue française dans les lois linguistiques, en France et au Canada.
  • Dans Le Nénuphar (n° 32), Jacques Wolgensinger encadre cette phrase de Zola : « Une langue est une logique. On écrit bien lorsqu’on exprime une idée ou une sensation par le mot juste. Tout le reste n’est que pompons et falbalas. »
  • Jean Pruvost annonce l’évolution de Buscila,
    bulletin de l’Association des sciences du langage qu’il préside. Il est vrai qu’on y trouve (n° 5-6) nombre d’informations, dont la liste des colloques à venir jusqu’en septembre 2004.
    ASL, case 7002, université Paris VII Denis-Diderot, 75251 Paris cedex 05, mél. : courrier@assoc-asl.net, site : http://www.assoc-asl.net
  • Retrouvez dans la revue Art et Poésie de Touraine (n° 174) les beaux poèmes de Jacqueline Delpy, Cécile Montlouis, Michel Martin et Guy Péricart, et le charmant récit de Pierre Lanfrédi.
  • Dans Poésie-partage (n° 24), Marcellin Nisolle nous explique comment se compose un rondeau nouveau, dont les formes ont été fixées au xve siècle.
Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •