Défense de la langue française   

DLF, no214

ÉTONNANTES ÉTYMOLOGIES, de Jean-Pierre Colignon
Albin Michel, « Les dicos d’or », 2004, 170 p., 10 €
Dictionnaire de près de 140 mots à l’étymologie curieuse, prétextes à de spirituels voyages à travers l’histoire de la langue française et celle des influences qui l’ont façonnée. Il faut avoir l’érudition conteuse pour écrire un tel livre ; c’est dire que son lecteur y gagne non moins d’agrément que de culture générale. Un utile index des noms propres permet au lecteur de retrouver aisément le mot dont il ne se rappellerait plus que l’anecdote qui l’illustre, si la vertu de ces articles conçus comme autant d’historiettes n’était pas, précisément, d’unir étroitement les « mots » aux « choses signifiées ».
Romain Vaissermann

ATLAS DES LANGUES. L'ORIGINE ET LE DÉVELOPPEMENT DES LANGUES DANS LE MONDE,
de Bernard Comrie, Stephen Matthews et Maria Polinski, traduction de Catherine Bricout et Catherine Pierre
Acropole, 2004, 224 p., 29 €
Traduction d’un atlas anglais édité en 1996, ce beau livre, croisant les points de vue historique et géographique, explique la diversité linguistique de notre planète en un vocabulaire bien plus abordable au grand public que l’ouvrage de Joseph Greenberg précédemment critiqué [DLF, no 211] (auteur curieusement absent de la bibliographie du présent ouvrage, pourtant actualisée). L’iconographie est riche. Index et glossaire permettent de s’orienter aisément dans cette confusion des langues que les auteurs, chercheurs en linguistique, veulent à bon droit préserver. L’inventaire est précieux : 90 % des 6 000 langues aujourd’hui utilisées de par le monde sont menacées de disparaître au cours de ce siècle. Quelques dossiers spécialement développés décrivent le fonctionnement des pidgins ou l’histoire des divers systèmes d’écriture.
R. V.

PETIT TRAITÉ DE L'INJURE, de Pierre Merle, dessins de Rémi Malingrëy
Éditions de l’Archipel, 2004, 260 p., 17,95 €
Depuis son Dictionnaire du français branché de 1986 jusqu’au Précis de français précieux au xxie siècle de 2002, l’auteur s’est fait un nom dans la description du français contemporain le moins normatif. Ce passionné d’argot, qui va jusqu’à se plaindre de la «idécadence de l’injure en politique », nous livre ici un essai doublé d’un dictionnaire. Le premier actualise le « Que sais-je ? » de Pierre Guiraud sur Les Gros Mots (1975 !) et le second condense un lexique qu’a décrit naguère Robert Gordienne (son Dictionnaire des mots qu’on dit gros date de 2002). Ce traité procurera à ses lecteurs ce frisson que, dit-on, ressentaient les lecteurs bourgeois d’Eugène Sue. Mais l’injure règne dans toutes les couches de la société : le docteur Destouches, le capitaine Haddock et le général Cambronne ne l’illustrent-ils pas ?
R. V.

INITIATION À L'HISTOIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE, de Jean-Louis Tritter
Ellipses, « Thèmes et études », 2003, 144 p., 11 €
Destiné aux étudiants et centré sur le français de France, ce livre présente, à bien y regarder, moins une histoire du français qu’une histoire du français au miroir des grammairiens, comprise en réalité entre le xvie siècle et le début du xxe, tant sont maigres les parties consacrées au Moyen Âge et au xxe siècle. Ce choix ne gâte rien : les témoignages des grammairiens sur l’histoire du français sont précieux, même si la nouvelle linguistique tend à les déprécier. On trouvera à la fin de l’ouvrage un glossaire général, mais pas de bibliographie ni d’index, les mots importants étant écrits en gras dans le corps du texte. Un tel livre est utile à tous.
R. V.

LE PETIT LIVRE DE LA GRAMMAIRE FACILE, de Jean-Joseph Julaud
Éditions First, 2004, 158 p., 2,90 €
Sans doute est-ce parce que l’auteur enseigne le français au collège qu’il nous offre là, après quelques essais et romans, après notamment Le Petit Livre du français correct (2000), Le Petit Livre de la conjugaison correcte (2001) et Le français correct pour les nuls (2001), un parcours certes rapide de la grammaire française, mais revigorant. Au programme : vingt-trois chapitres, sur les verbes pronominaux, les déterminants, le subjonctif, etc. Livre à offrir sans hésiter à nos enfants, du collège au lycée : mesurant 12 x 8,5 cm, il se glissera aisément dans l’une de leurs poches.
R. V.

« GÉOPOLITIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE », Libres. Revue de la pensée française (trimestriel)
François-Xavier de Guibert, mai 2004 (p. 11 à 100), 23 €

LE FRANÇAIS : UNE AVENTURE, UN AVENIR !
sous la direction d’Albert Barrera-Vidal et Boris Coune
Liège, Éditions Wallonie-France, 2004, 298 p., 18,50 €
D’habitude, les recueils d’articles sont disparates. Ce n’est pas le cas de ces deux livres sur l’avenir de notre langue. Le premier adopte un point de vue presque exclusivement français ; le second, un point de vue francophone et notamment belge (figurent parmi les auteurs pas moins de trois membres de l’Académie royale de langue et de littérature françaises). Croiser ces points de vue est nécessaire, pour éviter tout malentendu, à qui entend défendre ou asseoir la place du français dans le monde.
Dans le premier recueil, militant, ressortent particulièrement trois niveaux de réflexion. Raphaël Dargent, directeur de Libres, établit avec art un rapide historique des rapports entre État et langue française, Michel Clapié montre le triste sort réservé dans le cadre européen à la proclamation « la langue de la République est le français », Abdou Diouf détaille les priorités de son action pour la Francophonie.
Le second recueil, intéressant dans les aperçus sur le français hors de France, déçoit dans son aspect militant. Mais comment plus de vingt communications, animées pourtant d’un même amour de notre langue, auraient-elles pu éviter des redites ou des contradictions ? Le combat géopolitique pour le français manque peut-être d’un grand homme, d’un visage, d’une voix : l’orthographe a eu son maître Capello et son Bernard Pivot ; l’O.I.F. confie sa présidence à des diplomates consensuels. L’avenir du français passera-t-il par un homme providentiel ?
R. V.

LA LANGUE FRANÇAISE VUE D'ORTHONET, de Charles Muller
Presses universitaires de Strasbourg, 2004, 224 p. 15 €
Orthonet est un site de dépannage orthographique, mais c’est aussi un remarquable observatoire des vraies difficultés rencontrées par les usagers de la langue écrite.
Dans son ouvrage, Charles Muller, linguiste éminent du CILF (Conseil international de la langue française), initiateur du site, nous entraine dans une promenade érudite au pays de la faute et de l’incertitude graphiques, tout en soulignant les limites de la notion de règle et en valorisant le recours au (bon) sens...
Dans le domaine de la syntaxe, Charles Muller se réfère volontiers aux guides de l’usage les plus respectés et régulièrement actualisés – Grevisse, Hanse –, mais aussi aux grammairiens contemporains – Goose, Bonnard, Wilmet...
Dans le domaine du lexique, il tient compte largement des rectifications de 1990, lesquelles ne sont pas éludées sur le site : « La pratique d’Orthonet est très simple. Nos propres textes appliquent les rectifications, mais de façon sélective, participant ainsi au choix que devrait exercer l’usage (si on lui en donnait l’occasion). »
Cette promenade se termine par une annexe regroupant des « lectures » fort intéressantes : « Regards sur le dictionnaire de l’Académie française (1986-2004) », « La nomenclature du TLF [Trésor de la langue française] (1995) », « Les horizons du dictionnaire (1994) », « De l’adjectif verbal (2001) », « Des participes, de leurs accords, et des inquiétudes qu’ils occasionnent (1999) ».
Tout au plus pouvons-nous regretter la sobriété de la table des matières et l’absence d’index dans ce livre à la fois documenté, savant et accessible aux non-spécialistes.
Michel Jordan

Nous vous recommandons ces ouvrages récemment publiés par nos adhérents :
Signalons aussi : Nos adhérents publient
  • Avec L’Esprit des dates (Cheminements, 2004, 282 p., 35 €), Gilles Henry nous invite à un fabuleux voyage dans l’espace et dans le temps, au fil de centaines de photos de chiffres gravés, sculptés ou peints.
  • Le dictionnaire de citations de Jacques Costagliola, Éloge du pessimisme (L’Harmattan, 2004, 310 p., 26 €) – avec son introduction, ses index (mots clefs et auteurs) sa bibliographie, et son classement par thèmes – est un ouvrage riche, tant sur le plan historique que littéraire.
  • Dans son nouveau recueil de poèmes, L’Ocre du temps (Éditinter, 2004, 64ip., 10 €), Hélène Galli nous entraîne au Maroc, sur les pas de ses beaux souvenirs d’enfance.
  • Saluons la récente réédition de l’un des nombreux ouvrages d’Axel Maugey : Les Élites argentines et la France, (L’Harmattan, 1998, 210 p., 18,30 €).
  • À lire aussi le roman historique de Christian Jamet, vice-président de la section du Loiret : Monsieur Ingres et Magdeleine (L'Harmattan, 2004, 174 p., 16i€).
  • Le Dr François Lavaud et le Pr Jean-Marie Dubois de Montreynaud étudient dans Les Asthmatiques (Glyphe et Biotem éditions,
    « Santé », 2003, 226 p., 26 €) douze cas d’asthme et leur traitement.
  • Nicole Vallée, notre correctrice professionnelle, vient de traduire L’âme humaine, d’Oscar Wilde (Arléa, 2004, 72 p., 11 €), où l’on retrouvera les bons mots et les formules lapidaires du grand écrivain.
  • Roland Eluerd, président de la Biennale de la langue française*, vient de publier La Diversité linguistique : langue française et langues partenaires. De Champlain à Senghor, synthèse des travaux de la XXe Biennale-La Rochelle, 2003 et du Colloque international-Paris, Sorbonne, 2002).
    * Biennale de la langue française, 113, rue Galliéni, 78670 Villennes-sur-Seine.
  • Méritent d’être lues, entre autres, les pages consacrées par Édouard Guitton au poète Le Brun et à son exégète Georges Buisson, dans « Le Brun, Chénier, Roucher et quelques autres », numéro 23 des Cahiers Roucher - André Chénier.
    SAPRAC, 25, rue des Délices, CH-1203 Genève.
Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •