Défense de la langue française   

DLF, n° 232

LES MOTS MIGRATEURS. LES TRIBULATIONS DU FRANÇAIS EN EUROPE, de Marie Treps
Seuil, 2009, 384 p., 20 €
Une éminente linguiste, chercheuse au CNRS, va-t-elle réussir à consoler de « farouches puristes », comme nous, qui déplorons l’envahissement du français par des mots étrangers, à 95 % anglo-américains, et souvent fort mal à propos.
Peut-être bien, en nous montrant que le français aussi est un envahisseur, au Royaume-Uni, bien sûr, mais également en Allemagne, Irlande, Norvège, Lituanie, Tchèquie, Pologne, espagne, etc., etc. Nous savons bien que les Anglais connaissent le plat du jour, le négligé, la crème de la crème. Mais où donc entendrez-vous parler de sarkasm et de komplimang1, de natüürmort et de fopaa2, de bluza et de paruka3, de zen premié et de sabotaz4, de kilot et de tirbuson5... Mais, mais certains mots signifient juste le contraire de ce que vous pensez... Une savoureuse lecture.
Réponses 1. En Suède. 2. En Estonie. 3. En Tchéquie. 4. En Grèce. 5. En Turquie.

LE FRANÇAIS AILLEURS ET TOUJOURS : PLACE ET FONCTIONS DU FRANÇAIS DANS LES AUTRES LANGUES
Centre d’études linguistiques Jacques Goudet, 2008, 244 p., 22 €
Une de nos fidèles lectrices, Brigitte Horiot, a rassemblé, présenté et fait éditer les Actes du colloque international, tenu à l’université Lyon III le 9 et le 10 mai 2005. Citons quelques-unes de ses treize conférences : « Les emprunts de l’Allemagne à la langue française au temps des classiques » ; « Les emprunts au français en anglais du Canada » ; « Héritage français en polonais contemporain »... Un peu austère sans doute, ce recueil fort intéressant ne doit pas être réservé aux seuls spécialistes. N.V.

LA CONTREPÈTERIE, de Joël Martin
PUF, « Que sais-je ? », 2009, 126 p., 9 €
Plus d’un millier d’exemples de ce jubilatoire jeu avec les lettres et les mots qu’elles composent. La plupart sont inédits, certains sont innocents, beaucoup d’autres propres à faire froncer les sourcils des farouches censeurs, mais aussi à réjouir ceux qui connaissent les vertus curatives du rire. L’auteur étant un altruiste, il vous donne aussi des recettes pour en fabriquer vous-mêmes. N. V.

FAUX ET USAGE DE FAUX, de Michel Rachline
Porc-Épic, « Les manuels impertinents », 2009, 158 p., 9 €
Ce dictionnaire impertinent de la langue française ne sert strictement à rien et se feuillette par plus plaisir. Découvrez-y toutes sortes de définitions plus farfelues les unes que les autres. « Débile » ? Cet homme en pleine santé ne se fait pas de bile. « Lorrains » ? Lords anglais vivant dans l’Ain. « Sobriquet » ? Allumette dépourvue de l’intelligence du briquet. « Timbale » ? Agréable soirée dansante qui embaume le thym... N. V.

LE GUIDE DES 100 PREMIÈRES PHRASES INCONTOURNABLES,
de Pierre Vavasseur
Librio, 2009, 122 p., 3 €
« Longtemps je me suis couché de bonne heure. » Qui ne sait quel roman commence ainsi ? Mais : « Toutes les familles heureuses se ressemblent... », « Je ne suis pas un garçon comme les autres », « On devrait vivre a posteriori », « Il pleuvait. », « Je m’appelle Brodeck et je n’y suis pour rien. »... Sachez comment débutent cent romans français et étrangers, du XVIIIe siècle à nos jours. Pour chacun, nous avons droit à de pertinentes réflexions de l’auteur sur l’écrivain et son oeuvre. Index des ouvrages et index des auteurs sont les bienvenus. N. V.


ANTHOLOGIE DE LA COMPTINE TRADITIONNELLE FRANCOPHONE,
de Rémi Guichard, Andy Arléo, Yak Rivais, Marie-Laurentine Caëtano
Éditions Éveil et Découvertes, 2008, 610 p., 200 illustrations, deux cédéroms, 36 €
Qui d’entre nous n’a un jour cherché en vain, avec agacement, voire tristesse, à retrouver les paroles exactes de telle ou telle comptine qui accompagnait ses jeux d’enfant, servant à désigner « celui qui s’y colle », celui qui « entre dans la danse », ou bien en ressort ; ou encore de telles berceuses tendrement murmurées à son oreille ? Et la musique ? Ah, elle m’échappe...
Avec ses 1 500 comptines et 120 partitions, aux délicieuses orchestrations, les 130 comptines et formulettes, cet ouvrage comblera les plus nostalgiques. Il assure en même temps la conservation d’un irremplaçable patrimoine littéraire. De « Ah tu sortiras, Biquette ! » à « Zim, zam, zoum ! » en passant par « Dors mon p’tit Quinquin », « File la laine », « Pomme de reinette et pomme d’api »... Et aussi des comptines allemandes, anglaises, italiennes, espagnoles pour faire bonne mesure. Index alphabétique, index thématique, bibliographie ne manquent pas à l’appel. Les dessins de seize illustrateurs de talent sont un enchantement. N. V.

GRAMMAIRE FRANCAISE DU XXIE SIÈCLE et EXERCICES DE FRANÇAIS
Éditions Traditions monastiques, 2008, manuel cartonné de 351 p. (29 €), et trois cahiers d’exercices d’environ 15O p. pour les classes de 6e, 5e et 4e/3e (13 € chacun)
Qu’on ne se laisse pas impressionner par le titre : cette grammaire – lit-on dans l'avant-propos – « tient à se présenter comme une grammaire classique et traditionnelle, elle n’exclut pas quelques ouvertures sur la grammaire moderne à laquelle sont habitués certains élèves ».
En effet, un groupe de professeurs anonyme – avec l’accord des éditions Larousse et des auteurs – a repris l’excellente GRAMMAIRE FRANÇAISE (1961) de J. Dubois, G. Jouannon et R. Lagane. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle grammaire mais d’une « adaptation », pour reprendre le terme choisi par l’éditeur : la structure et le contenu de l’ancienne grammaire sont conservés, à l’exception de quelques détails, et les trois cahiers d’exercices reproduisent fidèlement les précédents. On peut regretter que les « ouvertures » annoncées soient aussi limitées dans une grammaire « du XXIe siècle » où l’on aurait aimé découvrir de réelles nouveautés – notamment à propos du vocabulaire grammatical utilisé dans les programmes et les manuels actuels.
Il reste que les Traditions monastiques ont réalisé une très belle édition – clarté de la présentation, typographie soignée, choix des couleurs, qualité du papier, élégance de l’ensemble – pour une grammaire claire, toujours intelligente, accompagnée d’exercices appropriés, et qui garde son actualité.
Claudie Beaujeu

RETOUR AUX SOURCES. LES TOUT PREMIERS MOTS DU FRANÇAIS FONDAMENTAL, de Bernard Lecherbonnier
Éditions First, 2008, 278 p., 9,90 €
Quels sont les mots les plus fréquemment employés dans la langue française ? L’Éducation nationale en a dressé la liste (1 500 termes y figurent) et Bernard Lecherbonnier, agrégé de lettres et docteur ès lettres, directeur de recherches en études littéraires francophones, nous invite à retrouver ou à découvrir 700 de ces termes parmi les plus vivants de notre langue. Très méthodique, notre linguiste a adopté le même schéma pour chaque article de ce livre. En guise de préface, il en donne le mode d’emploi : sens (définition, exemple avec la construction la plus courante) ; étymologie (date d’apparition du mot en français, origine et formation) ; histoire (évolution sémantique du mot) et divers (néologismes, anglicismes, argot, société, Histoire de France, droit, sport et anecdote ou usage particulier).
Si la plupart des mots nous viennent du latin et surtout du latin populaire, le premier terme traité, abandonner, nous vient du francique bannjan, « exclure, exiler ». Il a fait son apparition dans la Chanson de Roland. Quant au dernier, voyage, provenant du latin viaticum, il n’est attesté dans le sens de mourir (« faire le grand voyage ») qu’à partir du XVe siècle. Quant à l’hiver qui tire son orgine du latin hibernum (préféré à hiems), il est la seule saison qui retienne l’attention de l’auteur. Les trois autres ont échappé à la liste. Le mot problème, lui, fait florès dans tous les domaines depuis quelques années, sutout depuis qu’il a étendu son champ d’action hors des mathématiques. Ce lexique commenté des mots essentiels touche naturellement à la vie la plus simple : être et avoir, mais il recèle une foule de mots qui sont chargés de poésie, des mots comme âme, ami, amour, étrange, femme, herbe, oiseau, pleurer, rêver, simple, souffrance... Une chose est sûre : chacun, avec le plaisir de lire et d’apprendre, découvrira un mot qu’il aime ; et dans les citations, locutions, proverbes qui terminent les articles, l’explication de quelque mystère chatouillant depuis longtemps la curiosité. Jacques Dhaussy

Signalons aussi :
  • DICTIONNAIRE AMOUREUX DES LANGUES, de Claude Hagège
    (Plon-Odile Jacob, 2009, 738 p., 25 €).
  • LE PETIT LIVRE DES LIAISONS. PETIT RÉPERTOIRE DES PIÈGES À ÉVITER, de Jean-Joseph Julaud
    (Éditions First, 2009, 160 p., 2,90 €).
  • LES MOTS DE L’IMMIGRATION, de Sylvie Aprile et Stéphane Dufoix
    (Belin, « Le français retrouvé », 2009, 402 p., 8 €).
  • PARLEZ-VOUS SANS-CULOTTE ? DICTIONNAIRE DU PÈRE DUCHESNE, 1790-1794 , de Michel Biard
    (Tallandier, 2009, 576 p., 25 €).
  • BONOBO, GAZELLE ET CIE. L’ÉTONNANTE HISTOIRE DES NOMS D’ANIMAUX SAUVAGES, d’Henriette Walter et Pierre Avenas
    (Points Seuil, « Le goût des mots », 2008, 320 p. 8 €).
  • SUR LE BOUT DE LA LANGUE. TOUT SAVOIR SUR LES ORIGINES MÉCONNUES DES EXPRESSIONS DE NOTRE LANGUE, d’Arnaud Simon
    (Éditions Favre, 2008 (3e édition augmentée), 224 p., 18 €).
  • LE NOUVEAU JOURDE ET NAULLEAU. PRÉCIS DE LITTÉRATURE DU XXIE SIÈCLE, de Pierre Jourde et Éric Naulleau
    (Mango, 2008, 180 p., 13,50 €).
  • LES 500 EXERCICES DE GRAMMAIRE - avec corrigés, de M.-P. Caquinot-Gündûz, Y. Delatour, J.-P. Girodon, D. Jennepin, F. Lesage-Langot, P. Somé
    (Hachette, 2007, 255 p., 8,90 €).
  • NOUS, ON N’AIME PAS LIRE, de Danièle Sallenave
    (Gallimard, 2008, 162 p., 11,50 €).
Nos adhérents publient
  • La Nouvelle Europe, Paris- Berlin-Moscou. Le continent paneuropéen face au choc des civilisations (Godefroy de Bouillon, 2009, 540 p., 37 €) est un livre important, très politique et très documenté, « atypique à plusieurs égards ». Marc Rousset y analyse les rapports entre la France, l’Allemagne et la Russie, et décrit les complexités de l’Europe : élargissements, entrée éventuelle de la Turquie ; ambiguïté de la position anglo-américaine ; questions de démographie et d’immigration...
  • Dans ÉCHO-graphie (n° 48), revue publiée par des étudiants francophones de l’université Paris-VIII Vincennes-Saint-Denis, Louise Peloquin a signé un charmant article sur ses origines franco-américaines, où elle explique pourquoi, pour elle, « le français gardera toujours le goût des bonbons de l’enfance ».
  • Félix, le roi-poète (Collection Sajat, 2009, 95 p., 10 €) rend hommage à Félix Leclerc. Préfacé par Joël Conte, ce recueil de poèmes, écrits par ceux qui ont connu ou aimé ce grand chanteur, nous rappelle qu’il fut aussi un acteur de l’amitié francoquébécoise.
  • Dans De miel et de fiel d’Alfred Herman (Éditions du Madrier, CH-1416 Pailly, 2009, 62 p.), douze poèmes forment « une couronne de poèmes » : le dernier vers de l’un est le premier du suivant, et ainsi se déroule une petite musique pleine de sensibilité. L’auteur vient d’être décoré par la Renaissance française (association fondée par Poincaré) de la médaille d’or du mérite francophone.
  • Après avoir savouré, tout à la fois, la délicatesse, l’humour et l’impertinence de Christian Colonna dans les deux tomes de Quand Papy allait à l’école , nous attendons impatiemment de lire la suite de ses souvenirs d’enfance et de découvrir ses années 70 à l’université dans Quand Papy a rencontré Mamie (A à Z Patrimoine, 2009, 255 p., 19 €).
  • Instruire en amusant, telle doit être la devise de Jean-Joseph Julaud. C’est ce qu’il fait une nouvelle fois avec le tome 2 du Cahier de culture générale pour les nuls et le Cahier d’Histoire du monde pour les nuls, rédigé avec Hélène Gest (Éditions First, 2009, 64 p., 6,90 €, pour chaque ouvrage).
  • Pour permettre aussi de se cultiver en s’amusant, Jean-Pierre Colignon et Hélène Gest publient aux éditions Archipoche trois livres de 160 pages, à 5,70 € :
    – Cinéma, télé, 101 jeux ;
    – France : 101 jeux ;
    – Histoire : 101 jeux.
Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •