Défense de la langue française   

DLF, n° 247

METTRE EN FORME SES MÉMOIRES, d’Éric Martini
Glyphe, 2012, 104 p., 11 €
Qui d’entre nous n’a un jour rêvé d’immortaliser ses souvenirs, fût-ce pour un nombre limité de lecteurs ? Et cela, comme l’a dit Stendhal, « afin de deviner quel homme – ou quelle femme – vous avez été ».
Voici que l’occasion vous est offerte d’apprendre que vous êtes en mesure d’écrire vos Mémoires et que vous en éprouverez une grande satisfaction. Vous allez recevoir de précieux conseils pour rassembler vos souvenirs, adopter un style, respecter toutes les règles de la typographie, de la ponctuation, de la saisie de texte, etc. Et pour terminer, l’auteur, directeur des éditions Glyphe, va peut-être vous éditer en cent exemplaires (www.editezvotrelivre.com).
Nicole Vallée

LE FRANÇAIS, TERRE HOSPITALIÈRE, de Joseph Boly
Éditions M.E.O. et Association Charles-Plisnier, 2012, 224 p., 19 €
L’auteur, ancien inspecteur de l’enseignement belge, rédacteur de dossiers pédagogiques mettant en valeur le métissage et le dialogue des cultures, et même prêtre, donne ici la parole à 67 écrivains aux langues maternelles diverses. Pour quelles raisons ont-ils choisi d’écrire en français ? Quelles sont leurs motivations ? Comment perçoivent-ils la langue française ? Un sujet passionnant et rarement traité. Du Russe Arthur Adamov (« Les mots étrangers nous invitent à danser ») au prix Nobel chinois Gao Xingjian (« Une langue que l’on parle avec une vibration veloutée de la voix »), de la Canadienne Nancy Huston (« C’est une très grande dame, une reine belle et puissante ») au Lituanien Emmanuel Lévinas (« C’est dans cette langue que je sens les sucs du sol ») aucun jamais n’a regretté son choix, et tous de s’exclamer avec le grand linguiste belge Joseph Hanse : « Ma patrie, c’est la langue française ! » Préface, avant-propos, choix d’auteurs contemporains, orientation bibliographique. Nicole Vallée

SE NOMMER POUR EXISTER, L’EXEMPLE DU PSEUDONYME SUR INTERNET de Marcienne Martin, préface d’Alain Coïaniz
L’Harmattan, 2012, 220 p., 22 €
Ce savant ouvrage, dû à une docteure en sciences du langage, entend répondre à deux questions fort actuelles dans une société civile où se nommer permet au sujet de s’y inscrire pour être connu puis reconnu par l’autre : qu’en est-il de la nomination en général ? et du pseudonyme sur internet en particulier ? Il y parvient grâce à une étude approfondie des objets du monde et par le biais de deux enquêtes menées auprès d’usagers de l’internet et à partir d’un corpus de pseudonymes recueillis sur des forums et des blogs de journaux en ligne. Nombreux tableaux, glossaire, index, bibliographie. Nicole Vallée


DICTIONNAIRE AMOUREUX DE L’HUMOUR, de Jean-Loup Chiflet, dessins d’Alain Bouldouyre
Plon, 2012, 708 p., 24 €
Même si vous êtes d’irrécupérables agelastes, vous ne résisterez pas aux citations de ce désopilant dictionnaire d’un auteur auquel nous devons déjà quelque soixante ouvrages au service de l’humour, surtout quand celui-ci nous est dispensé par des magiciens de la langue. Alors, venez oublier vos soucis en compagnie d’Allais... de Beaumarchais...
Courteline... Flaubert... Ionesco... Zouc... « Il est poli d’être gai », a dit notre immortel Voltaire. Ce livre doit nous y aider. Et voici notre petit jeu habituel. Que signifie le mot agelaste dû à Rabelais ?1 Qui a dit : « Le carré est une cironférence qui a mal tourné. »2 ; « Quand un philosophe me répond, je ne comprends plus ma question. »3 ; « Dieu a créé la femme en dernier : on sent la fatigue. »4 ; « Le whisky est une mauvaise chose, surtout le mauvais whisky. »5 ; « Qui vole un boeuf est vachement musclé. »6 ? Et un petit dernier (il faut bien) : « Un enfant prodige est un enfant dont les parents ont beaucoup d’imagination. »7 ? Maintenant, vous allez en apprendre une ou deux par jour et vous serez invité partout ! Nicole Vallée

Réponses : 1. Qui ne sait pas rire. 2. Pierre Dac. 3. Pierre Desproges. 4. Sacha Guitry. 5. Bernard Shaw. 6. Chaval. 7. Jean Cocteau.

Peut-il y avoir plus vive satisfaction que d’accueillir un jeune éditeur, en l’espèce Les Vieux Tiroirs, auquel nous devons de délicieux petits ouvrages (2012, 128 p.) sortis, entre autres, d’une bibliothèque « amusante et instructive à l’usage des curieux », ou « jolie et rimée à l’usage des poètes », « divertissante et intemporelle à l’usage des plus jeunes », textes choisis par Delphine Dupuis, tous agréablement illustrés avec une très jolie couverture cartonnée.

PETIT MANUEL DE L’ARGOT OU L’ART DE PARLER CANAILLE. À LA DÉCOUVERTE DE LA LANGUE VERTE (13,90 €)
L’argot, du catéchisme, de la finance, du droit, de la justice. À vous désormais de vous encanailler en tous temps, en tous lieux... Quitte à ne pas être compris dans les cercles distingués que vous fréquentez certainement. Nicole Vallée

PETIT RECUEIL DE POÈMES SUR LES MOIS ET LES FÊTES DE L’ANNÉE – HONORÉS PAR LES PLUS GRANDS POÈTES ET ILLUSTRÉS DES PLUS GRANDS CHEFS-D’OEUVRE
(9,90 €)
Depuis « Après l’hiver » d’Hugo et « Premier sourire de printemps » de Gautier, jusque « À la mi-carême » de Musset, en passant par « La Saint-Jean » de Verhaeren, « Octobre est doux » de Samain, et « Novembre » de Coppée, voici le petit recueil idéal pour vous faire appécier les saisons et le temps qui passent. Nicole Vallée

PETIT RECUEIL DES COMPTINES ET RONDES DE MON ENFANCE
(11,90 €)
Oubliez vos soucis et jusqu’à votre âge, même et surtout vénérable, pour fredonner seul(e) ou en compagnie de vos chères têtes brunes ou blondes ces refrains qui vous enchantaient naguère : Promenez-vous dans les bois, aidez la Mère Michel à retrouver son chat, dansez sur le pont d’Avignon ou sur l’pont du Nord, et n’hésitez même pas à vous gausser du brave Cadet Rousselle. Pour ce qui est du bon tabac, l’époque n’est plus de vous vanter d’en avoir. Nicole Vallée

PETIT MANUEL DES CURIOSITÉS DE LA CONVERSATION DESTINÉ AUX AMOUREUX DE LA LANGUE FRANÇAISE
(14 €)
Celui-ci nous est vraiment destiné. Nous en connaissons beaucoup de ces expressions, certes, mais elles sont classées par thème : « Quelle classe ! », « Sauver la face », « Un bien étrange bestiaire », « De vie à trépas », et par origines : populaires, historiques, religieuses, avec de pertinentes explications. Nous retrouvons donc avec plaisir : « Se lever dès potron-minet », « prendre la poudre d’escampette », « pédaler dans la semoule », « passer un savon »... soixante-dix en tout, si je ne me suis pas « fourré le doigt dans l’oeil » ! Nicole Vallée

LES MAUX POUR LE DIRE. CHRONIQUES DE CICÉRON POUR LA DÉFENSE DU FRANÇAIS de Maurice Calmein
Éditions Atlantis, 2012, 188 p., 12 €
Quand un hebdomadaire régional est assez courageux pour publier deux années durant un billet dénonçant les mauvais traitements infligés à la langue française précisément par ceux qui la véhiculent le plus, « dans le poste » ou « sur le petit écran », cela donne 102 chroniques aussi pertinentes qu’humoristiques, et un éditeur allemand a choisi de nous en offrir 90. Et « Cicéron », qui se voudrait digne du grand rhétoricien romain, se réjouit d’avoir transmis son virus à maints lecteurs qui, désormais, poursuivant sa croisade, traquent fautes flagrantes et anglicismes superflus. Alors, verrons-nous un jour disparaître les story-telling, problématique, creative technology, pipol, fashion village, supporter, globalisation ? Et pour terminer, un amusant tableau d’expressions en franglais résistant, et des explications de quelques autres à l’usage des étrangers francophiles. Nicole Vallée

DICTIONNAIRE DU FOOTBALL. LE BALLON ROND DANS TOUS SES SENS de Benoît Meyer, préface de Lilian Thuram
Honoré Champion, « Champion les dictionnaires », 2012, 496 p., 20 €
Passionné de « balle au pied » ou résolument « no sport », comme Winston Churchill, il vous est impossible de demeurer insensible à cet ouvrage sérieux, coloré, détaillé, où se côtoient l’histoire, la chronologie, la sociologie, le sens de la participation, de l’amitié, d’un idéal commun. Non seulement, ce dictionnaire offre un vocabulaire... international, où le latin voisine avec l’anglais ou le français, mais il est complété par une énumération des clubs, des principales équipes du monde, des stades, avec une foule d’informations allant de la date de leur création à la couleur des bas et des maillots des joueurs. Dans sa préface, Lilian Thuram insiste sur le fait que le football « représente par excellence un lieu d’échanges et de liens » qui a fait naître le mot « reliance ». Il souligne également « l’extraordinaire alchimie qui se produit entre les spectateurs » et « les moments d’intense harmonie ». Avec ce livre copieux mais agréablement lisible, Benoît Meyer a accompli un travail remarquable, où la science s’allie à la joie populaire et s’adresse « aussi bien aux journalistes, aux techniciens du football, qu’à un plus large public désireux d’apprendre et de se perfectionner dans le “parler” de ce sport ». Jacques Dhaussy

LE PETIT LIVRE DES GROS MOTS ET AUTRES NOMS D’OISEAUX, de Gilles Guilleron
Éditions First, 2012, 160 p., 2,99 €
Les mots les plus... gros sont les plus brefs : monosyllabes ou disyllabes que l’on propulse avec une catapulte verbale, dans un tourbillon de colère ou un sursaut d’indignation. Mots brefs, mots qu’on ne devrait pas prononcer... Est-ce en raison de leur vigueur balistique que Gilles Guilleron a rassemblé 150 gros mots, jurons et noms d’oiseaux dans un mini volume plus de pochette que de poche (8,5 x 12 cm) ? L’auteur explique, dans la mesure du possible, leur origine (parfois en dessous de la ceinture), ajoutant à chaque rubrique « variantes, registre courant et registre soutenu ou libres variations ». On croit savoir quelquefois... mais le commentaire peut réserver des surprises. Il nous semble que les mots les plus longs comme « frappadingue, polichinelle, paltoquet » figurent parmi les plus anodins. Quant aux oiseaux, en dépit de leur présence dans le titre, ce sont les Arlésiens de la grossièreté ! Jacques Dhaussy

NYCTALOPE ? TA MÈRE... PETIT DICTIONNAIRE LOUFOQUE DES MOTS SAVANTS de Tristan Savin, préface d’Alain Rey
Points, « Le goût des mots », 2011, 256 p., 6,90 €
Un malicieux recensement de 300 termes peu communs, plus ou moins savants, généralement mal interprétés ou détournés par l’usage... Leur évolution et leur sens premier nous sont restitués. Ne glosez donc plus sur les propos de votre amphitryon, malgré son air goguenard, contentez-vous de quelques euphémismes dépourvus de rodomontades, sans semer la zizanie. Et l’auteur de nous rappeler ce propos d’Alain, ignoré des béotiens : « Qui n’a point réfléchi sur le langage, n’a pas réfléchi du tout. » Nicole Vallée

LE PRONOM PERSONNEL DANS LE FRANÇAIS PARLÉ, de Calogero Giardina
Éditions du Menhir, « Passerelle U », 2011, 142 p., 27,50 €
Docteur ès lettres et spécialiste de stylistique et de linguistique, Calogero Giardina s’intéresse ici à un sujet absent des grammaires traditionnelles. Il démontre que, dans le français parlé, le pronom personnel n’a pas seulement « un rôle de représentant ou de substitut » et que ses fonctions et ses rôles, loin d’être immuables, varient selon le contexte dans lequel il est employé, sa situation et sa distribution dans la phrase. Guillemette Mouren-Verret



Signalons aussi :
  • ENCHANTÉ DE FAIRE VOTRE PLEIN D’ESSENCE ! ET AUTRES JOYEUSES CALEMBOURDES, de Marie Treps (La Librairie Vuibert. 2013, 176 p., 14,90 €).
  • LES NÉOLOGISMES, de Jean Pruvost et Jean-François Sablayrolles (PUF, réédition 2012, 129 p., 9 €).
  • LE JARDIN. « QUI REPOSE L’OEIL SANS L’ÉGARER », de Jean Pruvost (Honoré Champion, « Champion les mots », à paraître, 144 p., 9,90 €).
  • 365 PROVERBES EXPLIQUÉS, de Paul Desalmand et Yves Stalloni (Chêne, 2010, 366 p., 15,90 €).

  • *********
  • OUI L'ÉCONOMIE EN FRANÇAIS, C'EST PLUS CLAIR !, d’Alfred Gilder, préface d’Abdou Diouf (France-Empire, 2013, 188 p., 19 €).
  • ORTHOGAFFE.COM. L’ORTHOGRAPHE EN BANDE ILLUSTRÉE, de Bernard Fripiat et Nicky Ward
    (Les éditions Demos, 2012, 2012, 56 p., 12,90 €).
  • PETITES CHRONIQUES DU FRANÇAIS COMME ON L’AIME !, de Bernard Cerquiglini (Larousse, 2012, 352 p., 20,90 €).
  • JOUONS AVEC LES MOTS. JEUX LITTÉRAIRES, de Julie Pujos (Folio, 2012, 144 p., 2 €).
  • PETIT DICO DES MOTS DÉMODÉS ET OUBLIÉS, de Sylvie Brunet (City, 2012, 192 p., 14,95 €).
  • LE KIT DU 21E SIÈCLE. NOUVEAU MANUEL DE CULTURE GÉNÉRALE, de François Reynaert et Vincent Brocvieille
    (JC Lattès, 2012, 362 p., 19 €).
  • LA RHÉTORIQUE OU L’ÉLOQUENCE FRANÇAISE. ÉDITION DE MICHEL LE GUERN, de Louis de Lesclache (1620 ?-1671)
    (Classiques Garnier, 2012, 196 p., 26 €).
  • LES PHRASES SANS TEXTE., de Dominique Maringueneau (Armand Colin, « U », 2012, 184 p., 24,80 €).
Nos adhérents publient
  • Qu’allons-nous faire de grand-mère ? de Bernard Leconte (L’Éditeur, 2012, 128 p., 14 €), Histoire sensible et dérangeante d’une adorable mamie, qui aime son jardin, flirte timidement, mais a le malheur de tomber un jour dans son escalier.
  • Réédition du Petit Théâtre de Hyacinthe le fou, suivi de Hyacinthe aux champs (Alexipharmaque, 2013, 146 p., 24 €) de Michel Mourlet. Sorte de voyage autour d’une chambre, que l’auteur a soustitré « Poésie-promenade ». Illustrations d’Émilie Peillaud.
  • Bénédicte Baudoin retrace l’itinéraire, au cours des années 1930, du chanoine du Latran Pierre Pfister, qui a sillonné les catacombes de Rome pour en rapporter de superbes moulages. Redécouvert en 2007, ce « trésor blanc » est exposé au Centre diocésain : À Besançon, Rome est partout (Imprimerie Simon à Ornans, 214 p., 30 €).
  • Un roman historique de Norbert Adam : Alfred Maizières, une jeunesse ardennaise à l’heure prussienne en 1870, personnage dont on dit qu’il chantait des chansons composées par Rimbaud (L’Harmattan, 2009, 226 p., 22,50 €).
  • Le nouveau livre de Marie- Andrée Balbastre, La Terre, ce jardin, se découpe en quatre parties : l’eau, la terre, le ciel et le feu (disponible chez l’auteur, 12 € : Le Cadran, 4, rue de l’Orbiel, 11600 Conques-sur-Orbiel).
  • À partir de témoignages et documents d’époque, Claude Faisandier cherche à comprendre le « mystère » de Jeanne d’Arc. D’après ses témoins, les historiens... et quelques autres (François- Xavier de Guibert, 2012, 286 p., 16 €).
  • André Cherpillod ou tous les secrets du Participe passé ? Mais c’est très simple ! (Édition La Blanchetière, 72320 Courgenard, 2013, 12 p., 1,50 €).
  • Signalons le blog d’Anne Rosnoblet, qui propose des astuces pour enrichir son vocabulaire et vient d’étudier l’emploi de l’adverbe outre : http://francaissansfautes.wordpress.com.
  • Tout, tout, vous saurez tout sur la ponctuation grâce à l’article que Claude Koch a publié dans Le Dévorant (n° 257).
Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •