Défense de la langue française   

DLF, n° 257

LES PLUS JOLIS PROVERBES DE LA LANGUE FRANÇAISE de Catherine Mory, illustrations de Tiphaine Desmoulière
Larousse, 2015, 192 p., 12,90 €
Jolis, ces 200 proverbes ? Pas seulement, bien sûr ! Mais aussi cruels, provocants, hardis ou sages, prévenants, voire mystérieux. Pour faire bonne mesure, certains ont été pêchés hors de chez nous... Tous sont éclairés par des anecdotes souvent cocasses, toujours pertinentes... Vous n’aurez aucun mal à en compléter quelques-uns... avant de vous procurer sans délai ce savoureux ouvrage...
Il n’est point de si belle rose...1 Le meilleur médecin est...2 Quand le diable fut vieux...3 Si vous faites le mouton...4 C’est dans les vieux pots...5 (le préféré de votre bien-aimée correctrice qui vient d’atteindre ses...6). Index et délicieuses illustrations. Nicole Vallée

1. ... qui ne devienne gratte-cul. 2. ... la marmite. 3. ... il se fit ermite. 4. ... on vous tondra. 5. ... qu’on fait les meilleures soupes. 6. Quatre-vingt-dix printemps !

DICTIONNAIRE ADOS FRANÇAIS de Stéphane Ribeiro
First Éditions, 2014, 512 p., 15 €
Il ne fallait pas moins que l’aide de nombreux lycéens pour mettre au point cet indispensable « dico » (comme ils disent). In-dis-pen-sa-ble, certes, si, tout Déèléfien soyez-vous, de 20 à 99 ans, vous souhaitez, sans oser le demander, être à la portée de vos ados... comprendre ce langage fait d’argot, de verlan, d’arabo-kabylo-wolofo-informatique, toujours d’une créativité sans pareille... et, pourquoi pas, leur répondre sur le même ton. Votre petite-fille vient se plaindre : « L’autre teubé voulait m’ambiancer, j’me suis tapé des barres toute seule. » Vous la consolez : « Ma parole, c’est un truc-de-ouf ! » ou bien : « C’était pas de la drague, c’était de la pêche. » Voire : « Il reste la biorave de teush ! » Vous voulez que je solutionne ? Bien sûr !1 Quant à l’infinie variété des abréviations utilisées pour leurs SMS, ce sera votre tour d’en inonder vos smartphones. Jacques Dhaussy
1. .« L’autre dingue voulait me manipuler. J’ai bien ri toute seule. » « C’est un truc de fou! » « C’était gênant. » « Il te reste le trafic de drogue. »

PETITE HISTOIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE. LE CHAGRIN DU CANCRE, de Karin Ueltschi
Imago, 2015, 276 p., 22 €
Et s’il fallait, pour relativiser « la litanie pessimiste » sur la faillite de nos humanités, étudier le français à partir d’une perspective toute neuve ? À savoir, bien en deçà de l’âge classique (La Fontaine, Corneille, Molière, Racine, Boileau), en remontant jusqu’au XIe siècle ? Professeur de langue et de littérature du Moyen Âge à l’université de Reims-Champagne-Ardenne, Karin Ueltschi évoque cette magnifique période qui nous conduit de la Chanson de Roland et de Chrétien de Troyes au rire de Rabelais et aux jubilations pantagruéliques. Quelle vitalité et quelles incommensurables possibilités, nous dit l’auteur. Nous devrions tenter de les ressusciter aujourd’hui.
Alors gardons un peu de sérénité face à la crise de l’orthographe et de la syntaxe, une langue ne se fixe jamais, disait Victor Hugo, pas plus que l’esprit humain, et le français n’a pas dit son dernier mot. Monika Romani

LES 600 MOTS LES PLUS TRUCULENTS DE LA LANGUE FRANÇAISE, de Daniel Lacotte
Larousse, 2015, 272 p., 12,90 €
Cornegidouille et jarnicoton ! s’écria le ripailleur. Toi, l’escogriffe à rouflaquettes, n’essaie pas de me griveler ! Ta donzelle aux oripeaux loqueteux va prendre la poudre d’escampette sans barguigner. Je me gobergerai seul dans ce mastroquet et elle pourra te houspiller ou t’embabouiner dans ton bouge avec son loupiot...
Et voilà comment, grâce à ce grand flandrin de Lacotte, vous pourrez faire de l’esbroufe chez les godelureaux du faubourg Saint-Germain. Embarquons-nous donc pour un « facétieux voyage, plein de verve, d’humour et d’anecdotes, au coeur des joyaux insoupçonnés d’une langue jubilatoire » ! Nicole Vallée

LE FRANÇAIS DU MANAGEMENT, FRANÇAIS SUR OBJECTIFS PROFESSIONNELS, de William Léger
Éditions Ophrys, 2014, 276 p., 18 €
Cet ouvrage vise à enseigner le français professionnel : il offre l’essentiel de la grammaire, du vocabulaire et des situations de communication, ainsi que l’annonce la 4e de couverture. Il ne s’agit pas d’un code du travail, mais d’une sorte de code pour être toujours « à la hauteur » dans tous les domaines de l’entreprise, de la rédaction du CV à la pratique des postes de responsabilités, en passant par l’embauche et les entretiens désormais au programme. Il faut connaître sa langue, l’utiliser correctement aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. Aussi, ce recueil de conseils propose-t-il un certain nombre d’exercices pour s’entraîner à « travailler en français », dans un français clair, net et précis, agrémenté par l’aisance que donne la politesse. Il faut en effet savoir se présenter, appeler et répondre au téléphone, parler en public, ce qui suppose une bonne articulation, une diction bien timbrée. Nous avons été surpris de lire « rédiger un mail » à la page 172, mais nous ne convoquerons pas l’auteur à la page 190 où il s’agit de « sanctions », car l’ouvrage pratique se termine par un glossaire, par un inventaire des sigles usuels et des anglicismes qui se multiplient. William Léger pose la question : « Savez-vous qu’il existe en français des équivalents tout aussi efficaces ? » Il les donne et, parmi eux, courriel n’a pas été oublié... Jacques Dhaussy

DE QUEL AMOUR BLESSÉE. RÉFLEXIONS SUR LA LANGUE FRANÇAISE, d’Alain Borer
Gallimard, « Blanche », 2014, 352 p., 22,50 €
Ce beau titre emprunté à Racine cache une profonde amertume. Alain Borer constate que la langue française souffre, en ce début du XXIe siècle, de graves blessures et se trouve réduite à une position de résistance face aux attaques dont elle est l’objet : « la prolifération galopante » des anglicismes, pas moins de six mille mots utilisés dans l’informatique, le sport, le tourisme, le commerce, la mode, l’art et la presse ; « l’asphyxie de la fontaine latine », « l’agonie du grec » et, par suite, la perte de notre « mémoire longue ». Ici l’auteur laisse libre cours à sa colère contre « la stratégie catastrophique » de tous nos gouvernants depuis 1974, à laquelle s’ajoute le diktat anglophone européen. Et nous voici immergés dans « la langue de Coluche, opposée à celle de Molière, celle-ci résultant d’une lente maturation ponctuée d’étapes décisives comme l’ordonnance de Villers-Cotterêts et la Défense et Illustration de la langue française. Médusés, nous assistons à la destruction de la syntaxe, de l’orthographe, à l’appauvrissement du vocabulaire, à la domination de l’oral sur l’écrit.
Mais, face à cette débâcle, ce qui sûrement nous sauvera, c’est « le paradis de la littérature », cet espace toujours ouvert où s’accomplissent les prescriptions de la langue. D’ailleurs, grammaires et dictionnaires ne s’appuient-ils pas toujours sur des exemples littéraires ? Alors, merci à Rabelais, Voltaire, Hugo, Péguy, Gide, Breton, Camus... Monika Romani

LA VÉRITABLE ORIGINE DES PLUS BEAUX APHORISMES, de Dominique Noguez
Manuels Payot, 2014, 240 p., 15 €
L’auteur (qui a déjà entrepris de nous enseigner Comment rater complètement sa vie en onze leçons et Vingt choses qui rendent la vie infernale) s’est livré ici à un rigoureux travail de moderne Sherlock Holmes pour retrouver les véritablement vrais et authentiques formulateurs de ces aphorismes qui nous laissent ébahis et pantois (« mais oui, mais c’est tout à fait cela, cela va droit au coeur »...). Par exemple : « L’humour : la politesse du désespoir », attribué à Chris Marker, puis à Georges Duhamel, à Boris Vian, à Valéry, à Churchill, est... de Chris Marker... Mais que de recherches en bibliothèques, archives, microfilms, n’a-t-il pas fallu pour ce résultat ! « Chassez le naturel, il revient au galop » ; « La critique est aisée et l’art est difficile » ; « Les absents ont toujours tort » ne sont ni de Boileau, ni de La Fontaine, ni de Florian mais de...1 « Quand la borne est franchie, il n’est pas de limites », cité par le président Pompidou et par Agénor Fenouillard, a pour auteur...2 Il y en a ainsi quelque deux cents, agrémentés par le récit de la quête d’un auteur que rien ne saurait décourager, pour notre plus grand plaisir. Quant au célèbre « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée », je vous renvoie, vous si fiers d’être cartésiens, au Discours de la méthode et vous pourrez méditer sur sa réelle signification. Index des citations, index des noms propres. Nicole Vallée
1. .Philippe Néricault, seigneur de La Mothe, dit Destouches (1680-1754). 2. François Ponsard (1814-1867) dans L’Honneur et l’Argent.

Signalons aussi :
  • OH LÀ LÀ CES FRANÇAIS. DU PIRE AU MEILLEUR, COMMENT LE MONDE PARLE DE NOUS, de Marie Treps (La Librairie Vuibert, 2015, 192 p., 16,90 €).
  • 50 QUESTIONS AUTOUR DU FRANÇAIS, de Jean-Joseph Julaud (Éditions First et France Info, « Un jour une question », 2015, 224 p., 14,95 €).
  • Aux éditions Honoré Champion (2015) :
    NÉOLOGIE ET TERMINOLOGIE DANS LES DICTIONNAIRES, sous la direction de Jean-François Sablayrolles, préface de Jean Pruvost (248 p., 38 €).
    DICTIONNAIRE DU BON USAGE AU SERVICE DU SENS ET DE LA NUANCE, de Pascal-Raphaël Ambrogi, préface d’Abdou Diouf
    (« Champion classiques – références et dictionnaires », 528 p., 19 €).

  • * * *
  • C’EST QUOI LE LANGAGE ?, de Claude Hagège (Éditions de l’Aube, « Les grands entretiens d’Émile », 2015, 80 p., 8,90 €).
  • 1 FAUTE PAR JOUR. L'ACTUALITÉ PIÉGÉE, de Bruno Dewaele et Projet Voltaire (Éditions de l'Opportun , 2015, 538 p., 12,90 €).
  • DICTIONNAIRE DES ÉPITHÈTES D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, de Patrice Langlois et Marie Oneissi (La Maison du dictionnaire, 2014, 420 p., 22 €).
  • LA SUBSTITUTE DE LA PROCUREUR OU LA FÉMINISATION « À LA BELGE » DES NOMS DE MÉTIER, FONCTION, GRADE OU TITRE, de Stéphane Brabant
    (2015, 96 p., hors commerce).
  • ORTHOGRAPHE EN CHUTE, ORTHOGRAPHE EN CHIFFRES. DEUX EXPÉRIENCES ÉDIFIANTES, de Loïc Drouallière
    (L’Harmattan, « Des Hauts et Débats », 2015, 274 p., 27 €).
  • DICTIONNAIRE DES RÉGIONALISMES DE RHÔNE-ALPES, sous la direction de Claudine Fréchet
    (Honoré Champion, « Dictionnaires et références, 2015, 1 088 p., 160 €).
Nos adhérents publient
  • Un nouveau titre de Jean- Paul Clément, avec le concours de Daniel de Montplaisir : Charles X. Le dernier Bourbon (Perrin, 526 p., 26 €).
  • Jean-Claude Amboise a contribué à la publication des Lyriades de la langue française : « Le poids économique et image de marque de la chanson française », in Le français en chantant, qui reprend la « 8e Dictée des Lyriades à Liré », écrite par Jean-Pierre Colignon (Presses universitaires de Rennes, 2015, 428 p., 18 €).
  • Claude Faisandier a publié Une Histoire de la France et de l’Europe, tome I, qui comporte deux parties : « Les Français et l’Histoire », avec, entre autres, le problème de la langue, et « Naissance de la France et de l’Europe : de la Gaule aux Carolingiens » (Godefroy de Bouillon, 2014, 220 p., 20 €). À paraître : Une Histoire de la France et de l’Europe tome II. Au coeur du Moyen Âge.
  • Luc Frédefon nous signale deux de ses ouvrages aux éditions Côte et Terre (Cidex 312-10, 33950 Lège-Cap-Ferret). Un roman : À quelque chose près (2007), et une biographie : David Allègre 1786-1846. De Brest à Arès (Gironde). Créateur du premier vapeur de pêche en 1836, il a sillonné le monde puis s’est reconverti dans l’agriculture (2015, 280 p., 17,50 €).
  • Roland Jourdan nous offre un charmant recueil de poèmes, Tout en chemin faisant... (118 p., 12 €), pour lequel il a obtenu le prix du Cerf-Volant, au Procope, en novembre 2014. (Éditions Thierry Sajat, 5, rue des Fêtes, 75019 Paris.)
  • Alice Fulconis signe un éditorial dans La Critique parisienne (n° 73) pour s’élever contre la suppression du latin et du grec.
Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •