Défense de la langue française   
LE FRANÇAIS POUR UN LINGUISTE

ALAIN BENTOLILA



Invité d’honneur de DLF le 16 octobre, Alain Bentolila a montré à quel point il était et reste engagé dans la lutte contre l’insécurité linguistique et l’illettrisme. Pour lui, la plus ou moins grande capacité d’apprendre à lire et à écrire est fonction du vocabulaire acquis avant l’entrée au cours préparatoire. Cet extrait de son récent ouvrage, Le Verbe contre la barbarie, démontre que le système alphabétique du français favorise cette acquisition.




M. Alain Bentolila entouré de Mme Claire Goyer,
présidente de la délégation de Bruxelles-Europe,
et de Mme Claudie Beaujeu, membre des comités
de lecture et de rédaction de la revue.


Le français écrit est un système alphabétique ; cela signifie qu’entre les lettres et groupes de lettres et les sons qui leur correspondent il existe des relations de régularité qui permettent dans plus de 80 % des cas d’identifier le son que sous-tend chaque lettre ou groupe de lettres. En français, maîtriser les liens entre lettres et sons permet donc à l’élève de reconstituer l’image phonique du mot avec une grande sécurité. L’espagnol ou l’italien sont des langues encore plus simples puisque près de 95 % des lettres ont une correspondance claire avec un son. En revanche, l’anglais est moins transparent puisque plus de 40 % des graphies n’ont pas de relations prévisibles avec les sons. La « traduction » de lettres en sons donne, grâce à la nature alphabétique du français, la possibilité d’interroger son « dictionnaire mental oral » ; celui-là même qui permet à un enfant de 6 ans de comprendre les mots quand on lui parle.



Alain Bentolila, linguiste, universitaire, né le 21 avril 1949 à Relizane (Algérie).
Diplômes : maîtrise d’anglais, doctorat de linguistique, doctorat ès lettres, habilitation à diriger des recherches.

Carrière : professeur d’anglais à Châteauroux (1967-70) ;
à l’université Paris V-René-Descartes : assistant (1970-72), maître-assistant (1972-82), directeur de la formation continue (1975-85), professeur des universités (1982) ;
responsable des campagnes d`alphabétisation en Haïti et en Équateur (1974-82), conseiller auprès du président des éditions Nathan (depuis 1983), chargé de mission sur l’illettrisme par le président de la République (1995),
directeur des recherches sur l’illettrisme en France (1995),
directeur-fondateur du Réseau des observatoires de la lecture (depuis 1995), directeur du site Télé Formation Lecture (depuis 2001), conseiller scientifique du programme des écoles rurales au Maroc et au Sénégal (depuis 1998), conseiller scientifique de l’Observatoire national de la lecture (ONL) (depuis 1995), de l’Agence de lutte contre l’illettrisme (depuis 2001), directeur scientifique du campus numérique Echill (Lutte contre l’échec scolaire et l’illettrisme) (2001) ; administrateur de la Fondation BMCEbank (depuis 1999), vice-président de la Fondation des caisses d’épargne (depuis 2000).
Œuvres : Dictionnaire du créole d’Haïti (1984), De l’illettrisme en général et de l’école en particulier (1996, Grand prix de l’Académie française 1996), Le Propre de l’homme : parler, lire et écrire (2000), Tout sur l’école (2004), Le Verbe contre la barbarie et Urgence école (2007).
Décorations : chevalier de la Légion d’honneur, officier des Palmes académiques et des Arts et des Lettres.
Distinction : Docteur honoris causa de l’université catholique de Paris (2000).
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •