Défense de la langue française   
Le français pour Axel Maugey
-------------------------------------

Invité d’honneur le 26 janvier, Axel Maugey avait pour mission de nous présenter son nouvel ouvrage : La France qui nous rassemble (Eyrolles, 2016, 288 p., 17 €). Le temps lui ayant manqué pour parler plus précisément de la langue française, voici des extraits du troisième chapitre, intitulé « Pour un renouveau français, les raisons d’espérer » (p. 130 à 138).

Si l’espace anglo-américain comprend à peu près 1,2 milliard de personnes, de son côté, l’espace français, francophone, englobe environ 400 millions de personnes. Quelques statistiques pour le français permettent de mieux saisir l’importance du fait français dans le monde : 120 millions sont des locuteurs ayant la langue de Molière comme première langue ; 150 millions de locuteurs l’utilisent comme deuxième ou troisième langue.
Mais, curieusement, les responsables oublient, presque toujours, que 120 millions d’élèves et de personnes apprennent le français (contre 86 millions en l’an 2000) avec l’aide de 900 000 enseignants [...].
Dans ce tableau – dynamique – n’oublions pas la force de frappe des lycées français de l’étranger qui sont au nombre de 430. Elle signifie un vrai choix d’éducation pour les enfants. À Londres, devant l’afflux d’élèves français, les projets de créations se multiplient. En 2019, la capitale anglaise comptera trois lycées français. Il en existe déjà deux.
Depuis 2008, on note une augmentation d’au moins 33 % des élèves. Le prestigieux lycée Charles-de-Gaulle en accueille, à lui seul, 4 500. Dynamisme aussi à souligner des « Alliances françaises » qui cultivent tout ce qui touche au français et au dialogue des cultures, grâce à plus de 1 000 centres dans le monde [...].
Dans cette force de frappe, il faut également évoquer les 134 instituts français, comme les multiples accords signés dans le cadre de l’Agence universitaire de la Francophonie, laquelle accueille 800 universités réparties dans de nombreux pays et une cinquantaine de campus numériques.
Le rayonnement du français est donc réel [...].
Les dernières créations et réalisations méritent d'être signalées. D’abord, l’antenne de la Sorbonne à Abou-Dhabi créée en 2006. Et, plus récemment, celle du Louvre toujours à Abou-Dhabi, une création de l’architecte Jean Nouvel.
Ensuite, le succès rencontré par Canal Académie, la radio internet de l’Institut de France. [...]
Quant à l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie), elle accueille soixante-dix-sept États membres ou observateurs, c’est-à-dire un tiers des membres de l’ONU.
Quelle est donc, de façon très synthétique, la situation du français dans le monde ?
Si elle est contrastée mais pleine de possibilités en Europe, au Maghreb, le français apparaît plutôt solide. Dans cette région, l’impact des radios et des télévisions s’avère considérable : TV5 et France 24, sans oublier RFI et RFO proposent de nombreuses émissions [...].
Il s’agit, là aussi, d’une véritable force de frappe puisque France 24, qui regroupe trois chaînes d’information en continu en français, en anglais et en arabe, rassemble 43,2 millions de téléspectateurs par semaine sur les cinq continents.
De son côté, RFI, présente dans près de 150 pays, est écoutée par 36,7 millions d’auditeurs chaque semaine.
Au Proche-Orient, le français bénéficie aussi d’un accueil solide. Par exemple au Liban, où 38 % de la population le parlent et où 50 % le comprennent. Avec l’Égypte, les liens se renforcent et le rayonnement de l’Université francophone d’Alexandrie n’y est pas pour rien. Sans parler des débouchés pour la technologie française de pointe. Toujours en Égypte, pas moins de 2,5 millions d’élèves choisissent le français en première et deuxième langue avec l’appui de 9 000 professeurs. Par ailleurs, 110 000 étudiants l’apprennent à l’Université avec le dévouement de 900 professeurs. [...]
Grâce aux immenses possibilités de l’Afrique francophone, les experts prévoient qu’en 2050, il y aura 700 millions de francophones contre 400 millions aujourd’hui. [...]
NDLR : L’auteur continue ce vaste tour d’horizon en présentant la situation du français en Russie, Amérique du Nord, Amérique latine, Asie.
Bref, […] dans beaucoup de pays, parler le français est un véritable choix, « un libre choix » qui permet de refuser de céder aux sirènes de l’uniformité de la mondialisation...
Axel Maugey, universitaire et écrivain, est né en 1945 à Marseille.

Formation : doctorat ès lettres à la Sorbonne (1974).

Carrière : professeur à l’université Mc Gill de Montréal (1971-2000), à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris(1982), à l’université Stendhal de Grenoble(1989) et à l’université de Chiba au Japon (1990-1995).
Chronique « Merveilleux francophiles » à Canal Académie (2006-2012).
Correspondant du Figaro pour le Canada, il a collaboré à de nombreux autres journaux et revues (Revue des Deux Mondes, Vie des Arts, Bulletin critique du livre français...).
Membre de l’Académie européenne des sciences, des arts et des lettres (depuis 1990).

Parmi ses oeuvres : Les Élites argentines et la France (1998, rééd. 2004).
L’avenir du français dans le monde (2002).
Désirs francophones, désirs francophiles (2004).
Le Désir de français dans le monde (2009).
Le français au coeur du partage 2000-2012 (2012).
Poésie et Société au Québec(2016).
Le Succès de la francophonie au XXIe siècle (2017).

Distinctions : Grand Prix de la Francophonie de la Société de géographie et le Grand Prix de l’Académie française, médaille de vermeil, pour l’ensemble de son oeuvre (2006).
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •