Défense de la langue française   

Éditorial N° 201

par : Jean DUTOURD de 1 'Académie française

Les félicitations du Président
Accueillis au ministère de la Marine, le 16 mai, par l'amiral Jean-Luc Delaunay, chef d'état-major, les lauréats du Plumier d'or 2001 ont aussi eu l'honneur d 'être félicités par notre président.
Nous profitons de cette occasion pour vous inviter à faire participer de nouveaux collèges au Plumier d'or 2002 (inscriptions dès octobre)
.

Mes chers enfants, lorsque j'avais sept ou huit ans, le Petit Larousse était passionnant. Autour des lettres de l'alphabet étaient dessinées toutes sortes de mots. Par exemple, le t s'ornait d'un tigre, d'une table, d'un train sortant d'un tunnel, d'un taureau et d'un toréador, d'un tapir, d'une tortue, etc. Mon père m'interrogeait là-dessus, ce qui m'amusait presque autant que lui.

Grâce à cela, je connus une quantité d'animaux, d'objets, d'ustensiles, de machines très au-dessus de mon âge et qui m'ont été utiles plus tard, lorsque j'eus à communiquer aux gens des choses exigeant un vocabulaire un peu diversifié.

Rien n'est amusant comme de chercher et de trouver dans sa mémoire ou dans son intelligence la réponse juste à une question. Je pense que vous avez été charmés, comme moi autrefois avec mon Petit Larousse, de proclamer qu'épithète est un mot féminin, que le côté opposé à l'angle droit dans un triangle porte le beau nom d'hypoténuse, que l'endroit où deux cours d'eau se rejoignent s'appelle le confluent et que l'anagramme de vandale est lavande. Au fond une des grandes joies de ce monde c'est le savoir et l'expression de ce savoir.

Il m'est apparu toutefois, en y réfléchissant, qu'il existe un terme dans la langue française qui doit être un peu mystérieux pour vous. C'est justement celui qui figure sur votre diplôme le mot plumier.

Sait-on encore de nos jours ce qu'était un plumier ? Il a disparu quand les stylos sont arrivés. Un plumier était une boîte oblongue en bois verni ou laqué où il y avait des emplacements pour les porte-plumes, les crayons, les gommes et les différentes sortes de plumes dont on se servait pour avoir une belle écriture. Je regrette que ces objets soient devenus introuvables et qu'on ne puisse en offrir un exemplaire à chacun de vous, car vous êtes tout à fait des écoliers d'autrefois, qui savaient tout et qui étaient tachés d'encre jusque sur le nez.

Jean DUTOURD
de l'Académie française
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •