Défense de la langue française   


Éditorial N° 231


Vocabulaire chic
-------------------------------------------------------------------------------------------


Notre président nous a rappelé que nous trouverions dans son École des jocrisses (Flammarion, 1970) de quoi alimenter cette page.
En effet, cette satire renferme des dizaines d’analyses sur le langage. Commençons donc par ces lignes extraites du chapitre intitulé « D’une certaine Terreur et de son Thermidor ».
Il eût été fastidieux d’énumérer tous les vocables et formules magiques dont se nourrit l’esprit contemporain, et qui ne sont en général que la traduction en jargon prestigieux de choses très ordinaires ou de mots courants. Ainsi, extrapoler pour « passer du coq-à-l’âne » ; contentieux pour « rancune, compte à régler » ; apparatchik pour « sous-fifre » ; conventionnel pour « comitard » ; charisme, substratum, continuum, facticité, temporalité, historicité, implication, incidence, etc., sans parler de locutions telles que en toute rigueur, ou toutes choses égales d’ailleurs qui ne servent qu’à l’ornement du discours. L’anglais joue un rôle considérable dans ce vocabulaire. Les anglicismes sont doublement chargés de magie, primo parce qu’on n’en connaît pas bien le sens, secundo à cause de leur exotisme. Une des lois du vocabulaire chic est que les mots français, les mots du peuple, ne font pas sérieux.

Jean DUTOURD
de 1 'Académie française
______________________________________________
NDLR La Chose écrite, nouveau livre de notre président, rassemble toutes ses chroniques littéraires (Flammarion, 2009, 576 p., 25 €).
Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •