Défense de la langue française   

Corrigé des épreuves de l'année 2004



I. Écrivez les quatre nombres du texte en toutes lettres :
Vous avez été nombreux à regarder la planète Mars pendant l'été 2003 :
deux mille trois
Elle s'est approchée de la terre et, à la fin du mois d'août, elle était au plus près, à 55 758 000 km :
cinquante-cinq millions sept cent cinquante-huit mille
Cela n'était pas arrivé depuis approximativement 73 000 ans :
soixante-treize mille (ou septante-trois)
La planète rouge s'est éloignée, elle ne reviendra aussi près de nous que dans 23 698 ans :
vingt-trois mille six cent quatre-vingt-dix-huit (ou nonante-huit)
sur 8

II. Au moyen de ponctuations différentes, donnez à la phrase ci-dessous trois significations distinctes:
Le clown a dit Julien saute comme un cabri
1. Le clown a dit : « Julien saute comme un cabri. »
2. Le clown a dit : « Julien ! Saute comme un cabri ! »
3. « Julien, saute comme un cabri ! »
sur 3

III. Trouvez l'antonyme (le contraire) des mots suivants :
1.  l'espoir : le désespoir
2. le nain : le géant
3. concret : abstrait
4. l'entente : la mésentente
5. meilleur : pire
6. l'alliance : la mésalliance
7. importer : exporter
8. la thèse : l'antithèse
9. honorer : déshonorer
sur 9

IV. Soulignez d'un trait rouge les participes passés de sens actif et de d'un trait vert les participes passés de sens passif :
1. Une tunique courte et serrée, c'était sa plus jolie tenue.
2.  - 3.  Vous partis, j'ai perdu ma gaîté.
4.  Nous terminerons les gâteaux entamés.
5.  Regarde : un puits rongé de mousse, et le mur s'éboule !
6.  Nous voici parvenus au milieu de l'année.
7.  J'ai vu des étoiles filantes.
8.  Toute la campagne était noyée dans le brouillard.
9.  Il se tourna vers nous d'un air outragé.
10.  Avez-vous terminé votre exercice ?
sur 10

V. Trouvez trois noms pour nuancer ces couleurs :
1.  rouge : sang, coquelicot, écarlate, vermillon, carmin, brique, etc.
2.  bleu : nuit, ciel, marine, turquoise, roi, outremer, etc.
3.  vert : émeraude, olive, Empire, sapin, mousse, bouteille, etc.
4.  jaune : paille, canari, citron, serin, safran, mimosa, etc.
5.  gris : souris, perle, anthracite, ardoise, acier, tourterelle, etc.
sur 10

VI. Trouvez les mots qui répondent aux définitions suivantes :
1. point de jonction de deux cours d'eau : confluent
2. maladie qui se répand chez les hommes d'une façon souvent dangereuse : épidémie (ou endémie)
3. changer en pierre : pétrifier
4. crever un oeil : éborgner
5. rendre légal : légaliser
6. un animal qui vit à la fois sur la terre et dans l'eau : un animal : amphibie
sur 6

VII. Écrivez les verbes suivants à la troisième personne du singulier, au temps et au mode indiqués :
 
présent de l'indicatif
imparfait de l'indicatif
plus-que-parfait de l'indicatif
futur de l'indicatif
présent du subjonctif
joindre
il joint
il joignait
il avait joint
il joindra
qu'il joigne
valoir
il vaut
il valait
il avait valu
il vaudra
qu'il vaille
sur 10

VIII. Complétez les phrases suivantes par le pronom relatif qui convient :
1. La rue ressemble à une fourmilière dans laquelle on a mis le pied.
2. La rumeur ressemble à ces torrents dont le grondement procure l’oubli.
3. Tous les ans, je me demande si les circonstances difficiles du voyage auxquelles je suis confronté, vont se renouveler.
4. Quelles sont les conséquences de cette erreur qui m’a déjà causé tant de soucis ?
5. Je ramasse toujours des champignons au sujet desquels je n’ai aucune hésitation.
6. La voiture à laquelle je pense est plus rapide et moins chère.
sur 6

X. Sans changer le sens de la phrase, remplacez le verbe devoir par la locution il faut que conjuguée au temps voulu :
1. Tu dois courir plus vite, si tu veux gagner la course.
Il faut que tu coures........
2. Les enfants devront balayer la neige avant de partir pour l’école.
Il faudra que les enfants balaient (balayent).......
3. Nous devons travailler tard dans les champs, car la pluie risque d’abîmer la récolte.
Il faut que nous travaillions.......
4. Il a dû m’aider à soulever la valise.
Il a fallu qu'il m'aide (m'aidât).......
5. Elle aurait dû mieux écouter en classe.
Il aurait fallu qu'elle écoute (écoutât)........
6. Deviez-vous faire tant de pots de confiture ?
Fallait-il que vous fassiez (fissiez)........ ?
sur 12

X. Elle a perdu son amoureux : à vous de le retrouver !
1. Roméo et Juliette.
2. Tarzan et Jane.
3. Paul et Virginie.
4. (Napoléon) Bonaparte et Joséphine de Beauharnais.
5. Tristan et Yseult.
6. Rodrigue (Le Cid) et Chimène.
sur 6

X. - Expression écrite : (20 lignes environ).
Aimez-vous lire des histoires de marins ? Pourquoi ?
sur 20
Voici les deux meilleures rédactions.

J’aime beaucoup lire toutes sortes de livres, et bien entendu, j’aime beaucoup lire des histoires de marins.
Ce sont ces textes qui m’exaltent souvent le plus : j’ai un grand amour de la mer, des beaux navires et de la voile. Appartenant à une famille de marins, je suis l’homme le plus heureux au monde lorsqu’il m’est donné de barrer un voilier et de glisser sur les vagues allègrement.
Je suis aussi féru de légendes, et l’océan en est un vaste recueil. Je frémis de peur ou d’attirance (qui sait ?) pour les belles Mary-Morganes, je tremble devant le capitaine Achab et sa folie meurtrière, je fuis devant le Hollandais-Volant conduit par la main glaciale du capitaine Vanderdecken, damné à jamais.
Les histoires de marins sont aussi intéressantes car on peut y observer les moeurs et la vie de ces derniers sur leurs fiers navires.
De plus, quand je lis un de ces incroyables récits, je suis transporté comme en rêve près de terres sauvages ou hostiles, sur des océans en furie, des ponts de bateaux ruisselant de sang et d’eau après la bataille, dans des aventures féroces où l’on lutte pour sa survie et son pays, ou bien pour soi-même lorsque l’on est pirate. Qui ne souhaite pas sortir de son existence quotidienne, qui ne s’émeut pas à cette description ?
Il y a aussi souvent un raisonnement derrière l’histoire et une morale à retenir pour retrouver, qui sait ?, une parcelle de l’île au trésor, cachée dans notre coeur...
Alexis O.
élève du collège Stanislas à Paris
* * * * *
* * *
Dans ma bibliothèque familiale se trouvent des romans policiers, autobiographiques, fantastiques, d’aventures... Je regarde les couvertures, lis le résumé... Et je me laisse attirer ! Il faut reconnaître que le bleu foncé de l’eau, les bateaux fendant les vagues, l’horizon tombant sur la mer... tout cela retient souvent mon attention... Je n’ai pas encore lu Les Travailleurs de la mer, 20 000 lieues sous les mers, Pêcheurs d’Islande, mais je les apprécierai car ils doivent être semblables aux récits vécus ou imaginaires vantant de remarquables héros.
Hélas, je n’ai pas encore navigué mais les histoires de marins sont « mes agences de voyages » ! Avant de lire, je m’imagine avec les rayons chauds du soleil sur la peau, l’air marin iodé dans les poumons, le regard fixé sur l’horizon... pour attendre l’aventure ! Et je rêve déjà ! Aventure signifie des dangers à affronter, à surmonter. Y trouverai-je un Ulysse moderne aux prises avec les sirènes, affrontant une tempête du siècle ? Qui vais-je rencontrer ? Barbe-Noire, des requins fantômes, Moby Dick, un capitaine Nemo ressuscité, le vieil homme, des bateaux pour le commerce du « bois d’ébène », des pêcheurs bretons ?
Naturellement, l’aventure exige courage, endurance, patience. Qu’elles soient imaginaires ou réelles, les histoires de marins côtoient, apprivoisent ou font parfois triompher la mort. Les aventuriers heureux n’effacent pas les naufragés, les noyés. Tous les scénarios sont possibles pour ces hommes intrépides, solitaires ou solidaires, parcourant les vastes océans amis ou ennemis.
Alors j’ouvre le livre et je vérifie mes hypothèses de lecture. Hélas, souvent je constate que si le marin relie sa vie à la mer, la mer et la mort s’associent contre le marin. Mais peut-être suis-je pessimiste ? Je vais aller sur internet pour trouver des récits de marins... heureux !
Sandra G.
élève du collège Geneviève-de-Gaulle à Cluses (Haute-Savoie)

Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •