Défense de la langue française   

culture et communication
langue française, défense et usage, perspectives.

83291. - Question publiée au JO le : 17/01/2006. M. Denis Merville appelle l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur le constat largement partagé du déclin du français sur le plan international et au niveau des institutions européennes face à la prédominance de l'anglo-américain. Il convient de rappeler que le français est notre bien commun et le lien indéfectible de la cohésion sociale. C'est un élément constitutif de notre identité et du rayonnement de la France. Sur le plan international, le français est un instrument d'influence pour diffuser nos idées, valoriser notre économie et nos écoles. Il importe donc d'évaluer l'étendue de ce recul et de mesurer sa portée afin de proposer des axes d'action et une stratégie de reconquête de la langue française. En conséquence, il souhaiterait connaître les mesures concrètes que le Gouvernement entend mettre en oeuvre pour défendre et promouvoir le français.

Réponse publiée au JO le : 07/03/2006
L'honorable parlementaire s'inquiète auprès du ministre de la culture et de la communication du déclin de la langue française sur la scène internationale et en tout premier lieu au sein des institutions européennes. Le rapport sur l'emploi de la langue française que le Gouvernement a publié en septembre dernier a permis d'éclairer le Parlement sur la place de notre langue, notamment en Europe. En premier lieu, il convient de souligner que la France encourage les réformes structurelles destinées à garantir l'usage effectif de plusieurs langues au sein des institutions européennes. Ainsi, la réforme du statut de la fonction publique communautaire a inscrit la prise en compte d'une troisième langue de l'Union en plus de la langue maternelle et d'une première langue étrangère comme condition de la promotion interne. Notre pays mène également une politique de soutien, au sein de l'Union, en faveur de la généralisation de l'enseignement de deux langues étrangères dans les systèmes éducatifs des États membres. Au côté de la France, la communauté française de Belgique et le Grand Duché du Luxembourg unissent leurs efforts pour conduire un plan d'action pluriannuel en faveur du français en Europe, dont la mise en oeuvre incombe à l'Organisation internationale de la francophonie. Des moyens sans précédent sont ainsi consacrés à la formation au français des fonctionnaires des institutions européennes et de publics cibles dans les nouveaux États membres (hauts fonctionnaires, diplomates, traducteurs et interprètes). En 2005, 5 800 personnes ont été concernées par ces formations. Ce plan comprend également une veille des sites internet et la mise à disposition des fonctionnaires des institutions européennes d'un logiciel d'aide à la rédaction administrative en français. Le Gouvernement diffuse également une information détaillée sur les règles d'usage des langues au sein des institutions européennes. Un mémento, publié au premier trimestre 2006 et préfacé par le Premier ministre, permettra aux fonctionnaires français de ces institutions comme aux agents publics travaillant avec elles de connaître précisément leurs droits et d'en faire usage dès qu'ils constateront un manquement au statut de notre langue. L'action en faveur de la diversité linguistique européenne trouve également à se déployer en dehors des institutions communautaires. Un grand nombre d'organismes linguistiques des pays membres de l'Union se sont fédérés dans le but d'éclairer par leurs réflexions et leurs travaux les politiques linguistiques conduites aux niveaux national et européen. Le ministère de la culture et de la communication joue un rôle actif dans cette fédération, à la création de laquelle il a contribué. La quatrième conférence annuelle de la fédération a eu lieu à Bruxelles les 24 et 25 novembre derniers et a eu pour thème l'apprentissage des langues en Europe. Une action volontariste est menée par le ministère de la culture et de la communication, le ministère des sports et le ministère des affaires étrangères afin de mettre en place un programme de promotion du français lors des différentes éditions des jeux olympiques. Appuyée par l'Organisation internationale de la Francophonie, cette action permet au français d'être très présent durant les Jeux Olympiques de Turin. Elle sera poursuivie pour les prochains rendez-vous Olympiques. Les professeurs de français ont un rôle essentiel dans la promotion de notre langue dans le monde. Le ministère de la culture et de la communication soutient activement la Fédération internationale des professeurs de français qui regroupe plus de 70 000 enseignants dans le monde ; il contribue, au côté du ministère des affaires étrangères et du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, à l'organisation des congrès de la fédération. Ouvert par le secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie, le président Abdou Diouf, le dernier congrès, qui a eu lieu à Atlanta en 2004, a eu pour thème le défi de la diversité. La création d'une chaîne d'information internationale en français, à l'initiative du ministre de la culture et de la communication, est une autre illustration de l'action du Gouvernement pour assurer la diversité des langues et des cultures. La chaîne constituera un facteur important de diversité sur la scène internationale de l'information, elle devra porter un point de vue français sur le monde et l'actualité, mais également être une fenêtre sur la France elle-même, la singularité de ses messages, la force de ses productions, de ses initiatives et de ses créations.

Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •