Défense de la langue française   

coopération développement et francophonie
langue française, défense et usage, jeux olympiques

71884. - 2 août 2005. M. Léonce Deprez s'étonne auprès de Mme la ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie que la langue française ait été ignorée lors des communications relatives aux jeux Olympiques par le CIO, alors que le Premier ministre du Royaume-Uni s'était exprimé en français. Il lui demande les perspectives de son action ministérielle à cet égard.

Réponse : 18/10/2005
L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention de la ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie sur l'usage de la langue française dans les milieux olympiques, ainsi que dans les communications qui lui sont liées. En raison du lien vivace de la France avec le renouveau de la tradition olympique, le Gouvernement porte la plus grande vigilance à la présence de notre langue et déploie des moyens importants, tant humains que matériels, en vue de faire respecter l'article 27 de la Charte olympique instituant le français et l'anglais langues officielles. Le Gouvernement veillera à la place du français aux Jeux de Turin, puis aux Jeux de Pékin en 2008. Une convention relative à l'usage du français a été signée entre le Gouvernement français et le comité d'organisation des Jeux d'hiver pour définir de façon concertée des programmes d'actions ciblées (brochures bilingues, opérations de sensibilisation des journalistes, création de sites Internet en français). De tels programmes avaient déjà été mis en oeuvre pour les Jeux d'été de Sydney en 2000, les Jeux d'hiver de Salt Lake City en 2002 et les Jeux d'Athènes en 2004. En prévision des Jeux d'été de Pékin en 2008, notre ambassade et les postes consulaires français en Chine mettent dès à présent en place des formations en français. Notre pays agit également par l'intermédiaire de la francophonie multilatérale. La rencontre à Lausanne, en mars 2005, du secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie, M. Abdou Diouf et du Président du Comité international olympique, (CIO) M. Jacques Rogge, et la nomination de Mme Lise Bissonnette comme grand témoin de la francophonie aux Jeux d'hiver de Turin en février 2006, sont autant d'éléments permettant de rappeler que la langue française est une composante essentielle de la tradition olympique. La France soutient les efforts de la francophonie pour valoriser le français dans le domaine du sport et de la couverture des événements sportifs et facilite la mobilisation, autour de cet objectif, des 63 États et gouvernements membres ou observateurs de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). L'action conjuguée des institutions françaises et des instances ou opérateurs francophones permettra d'influer positivement sur le processus olympique, notamment par des interventions auprès du CIO, des organes de presse et des sportifs eux-mêmes en faveur de l'usage du français.

Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •